Affaires : Bombardier à nouveau dans l'eau chaude

Bombardier à nouveau dans l'eau chaude

De quoi fâcher bien des Québécois!

Publié le par Grands titres dans Affaires
Partager sur Facebook
383 383 Partages

Un malaise sévit au sein du gouvernement libéral après que des hauts dirigeants de Bombardier ont connu une hausse de salaire d'environ 50% en 2016, et ce, après que la multinationale ait reçu des centaines de millions de dollars en aide publique.

Selon Radio-Canada, bien que l'opposition réclame que l'entreprise soit rappelée à l'ordre, Bombardier défendrait toujours sa politique de rémunération. 

« Si je me place dans la perspective des travailleurs et des fournisseurs, est-ce que le moment est bien choisi? Est-ce que le message est bien choisi? J’aurais tendance à dire que probablement que non », a déclaré jeudi en point de presse Philippe Couillard, qui reconnaît que le message qu'envoie Bombardier peut choquer plusieurs personnes. 

« Si j'étais l'entreprise, je réfléchirais au message que j'envoie à la population, que les montants, les primes, sont élevés », a renchéri la ministre de l'Économie du Québec, Dominique Anglade, dans des propos repris par Radio-Canada. 

Rappelons que Bombardier avait reçu un prêt de 372,5 millions de dollars du gouvernement fédéral, Québec avait investi un milliard de dollars américains dans une société de commandites dédiée à la C Series, et la Causse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) avait quant à elle investi 1,5 milliard de dollars dans Bombardier Transport. 

La multinationale avait également éliminé plus de 18 000 emplois entre les années 2015 et 2016, et prévoit en abolir 7500 autres à travers le monde d'ici les deux prochaines années, dont 2000 postes au Canada seulement. 

Partager sur Facebook
383 383 Partages

Source: Radio-Canada
Crédit Photo: Alexandre Gouger