Affaires : Des travailleurs québécois remportent une victoire historique contre le patronat

Des travailleurs québécois remportent une victoire historique contre le patronat

Après 10 ans de lutte, c’est mission accomplie !

Publié le par Grands titres dans Affaires
Partager sur Facebook
71 71 Partages

Le conflit de travail qui opposait l’entreprise Olymel aux ex-travailleurs de son usine de découpe de carcasses de porcs de Saint-Simon, en Montérégie, vient finalement de connaître son dénouement.

Les quelque 400 ex-employés de l’usine fermée en 2007 ont approuvé à 92% dimanche l’entente de principe conclue le mois dernier entre les négociateurs syndicaux et ceux de l’entreprise, rapporte l’Agence QMI.

L’entente inclut une nouvelle convention de travail pour une vingtaine d’entre eux qui seront rentrerons au travail à la fin de l’automne «en prévision de la transformation de l'ancienne usine de découpe de porc en centre de distribution», a précisé le syndicat.

Les ex-travailleurs de l’usine de Saint-Simon obtiennent donc d’Olymel un dédommagement de 8,2 millions $ qu’ils se partageront «pour compenser six mois de salaire, en plus des intérêts rétroactivement à 2007».

Selon le syndicat, le montant négocié représente les «sommes perdues en raison de la fermeture prématurée de l'usine en avril 2007 alors qu'une lettre d'entente à la convention collective empêchait la fin des activités avant octobre de la même année».

Un autre volet de l’entente conclue prévoit le versement à certains ex-employés d’une somme de 1,2 million $ comme réparation relativement à «la création illégale d'un quart de soir en 2003-2004, à l'encontre des dispositions de la convention collective qui prévoyait l'obligation d'Olymel de consulter le syndicat».

Au total, les ex-travailleurs récolteront donc près de 9,5 millions $. En 2015, au début des négociations, le syndicat visait un montant global pouvant aller jusqu’à 14 millions $.

«C'est une victoire historique pour tous les travailleurs d'Olymel de Saint-Simon sans exception qui, grâce à la CSN, ont lutté avec acharnement afin de se faire respecter tout au long de ce coûteux conflit de travail aux plans financier et humain, a déclaré dimanche Michel Daigle, président du Syndicat des travailleurs d'Olympia (CSN) et vice-président du Conseil central de la Montérégie pour la région de Saint-Hyacinthe. C'est aussi une victoire pour une vingtaine de camarades décédés depuis 2007 et leurs ayants droit. Jamais nous ne les oublierons!» 

Partager sur Facebook
71 71 Partages

Source: Agence QMI · Crédit Photo: Gazette des femmes