Affaires : Importante victoire du Québec contre les politiques protectionnistes de Trump

Importante victoire du Québec contre les politiques protectionnistes de Trump

Voilà une annonce qui en réjouira plusieurs !

Publié le par Grands titres dans Affaires
Partager sur Facebook
348 348 Partages

Alors que le protectionnisme ouvertement affiché par le président américain fait craindre le pire à l’économie canadienne et québécoise, la Belle Province vient de remporter une importante manche.

Le gouvernement du Québec a annoncé aujourd’hui la conclusion d’une entente avec l’État de New York pour ne pas inclure la province dans sa doctrine protectionniste «Buy american», mise de l’avant et renforcée par l’administration Trump.

Comme l’explique TVA Nouvelles, l’État de New York est le premier partenaire commercial américain du Québec avec 9 milliards $ d’échanges commerciaux, dont 6 milliards $ en exportations. Une fermeture de ses frontières commerciales avec le Canada aurait eu des conséquences catastrophiques au nord de la frontière.

«On a fait beaucoup d’échanges, on est allé à plusieurs reprises aux États-Unis, pour nous assurer qu’on comprenait qu’il y avait de part et d’autre un bénéfice», a expliqué la ministre de l’Économie Dominique Anglade, en entrevue à TVA Nouvelles.

Depuis son accession à la Maison Blanche, le président Donald Trump a pressé les États à «acheter américain et à engager américain». Reste que chaque juridiction est libre d’appliquer cette directive comme il le souhaite.

«C’est pour ça que c’est important d’identifier les joueurs principaux, mentionne Mme Anglade. C’était important pour nous de faire le travail avec l’État de New York.»

Se félicitant de l’entente, le gouvernement québécois dit avoir travaillé conjointement avec celui de l’Ontario et quelques organisations syndicales, dont la FTQ.

«Les syndicats ont un rôle à jouer là-dedans, estime la ministre Anglade. Ils ont été présents également pour essayer de voir de quelle manière on allait démontrer aux États-Unis que c’était bénéfique pour nous et pour eux de ne pas inclure ce Buy American Act.»

Mme Anglade affirme travailler sur d’autres dossiers étatiques, notamment celui du Texas, le deuxième partenaire commercial américain de la province. Des contacts étroits sont également établis avec le Vermont, la Pennsylvanie, le New Jersey et le Massachusetts, des États limitrophes très importants pour le milieu d’affaires québécois.

«On regarde ce qui se passe pour voir de quelle manière on peut tisser des liens encore plus serrés et de démontrer que c’est à leur avantage et à notre avantage qu’il y ait un réel libre-échange entre nos deux pays», a conclu Mme Anglade. 

Partager sur Facebook
348 348 Partages

Source: TVA Nouvelles
Crédit Photo: Archives