Une nouvelle présumée victime de Gilbert Rozon raconte l'enfer qu'elle a vécu

327 Vues
327
Une nouvelle présumée victime de Gilbert Rozon raconte l'enfer qu'elle a vécu
0
Partages
Partager sur Facebook

Les témoignages accablants s'accumulent contre le fondateur de Juste pour rire Gilbert Rozon. Après une série de neuf femmes qui ont accepté de raconter leurs histoires d'agression ou de harcèlement sexuel présumé, mercredi soir et jeudi au quotidien Le Devoir et à la station de radio 98,5 FM, c'est au tour de la comédienne Patricia Tulasne d'affirmer qu'elle a été agressée sexuellement par Rozon.

Les faits se seraient déroulé à Paris en 1994. Dans une entrevue avec la journaliste de Radio-Canada Karine Bastien, elle raconte qu'elle faisait partie de la distribution du Dîner de cons, produit par Juste pour rire, et que suite à un souper pour souligner la dernière représentation, Rozon l'a raccompagnée chez elle et a insisté pour rentrer.

«J'ai dit bon bien Gilbert au revoir, c'était une belle soirée, merci. Il pousse la porte et rentre dans l'appartement. La première chose que je me souviens il me plaque au mur, m'embrasse et m'enlève ma robe. Je ne savais pas comment réagir. Je me suis dit soit on s'en va vers une bagarre, soit je le laisse faire, ça dure 10 minutes et c'est terminé. Et c'est exactement ça qui s'est passé.»

La comédienne a ressenti un sentiment de honte et de culpabilité qui l'a empêché de porter plainte pendant des années. Mais suite aux sorties publiques des derniers jours, notamment celles de l'animatrice Pénélope McQuade et de la comédienne Salomé Corbo, elle a décidé elle aussi de dénoncer.

«C'est ça qui est épouvantable. Moi je ressentais la honte et la culpabilité que lui aurait dû ressentir. Visiblement il ne ressentait pas parce que je l'ai recroisé quelques temps après dans un vernissage et il m'a dit tout bonnement "excuse-moi, je n'ai pas eu le temps de te rappeler". Je lui ai dit Gilbert, ne te sens surtout pas obligé de me rappeler. C'est incroyable! Lui, il pense qu'on a eu une relation consensuelle, agréable, le fun.»

Voici son troublant témoignage dans la vidéo ci-dessous



Partager sur Facebook