On sait à quoi va ressembler la météo de l'hiver prochain et ça ne va pas plaire à tout le monde

Ça risque de faire beaucoup de déçus...

Grands Titres

L'hiver à venir ne sera pas de tout repos si l'on se fie aux prévisions de l'Almanach des Fermiers, rapporte MTL Blog.

Les prévisions de l'Almanach des Fermiers sont malheureusement souvent très exactes et selon celles-ci, l'hiver à venir sera particulièrement froid.

« Le grand bouleversement de cette saison hivernale sera les températures glaciales qui se répercuteront sur de nombreuses régions, en particulier dans les Rocheuses et les Prairies. Au cours du mois de janvier, les Canadiens pourraient assister à l'une des épidémies arctiques les plus froides des dernières années. »

En plus du froid, la neige devrait être aussi au rendez-vous, et ce, en raison d'une trajectoire de tempête active qui traversera l'est de l'Amérique du Nord, allant de l'ouest du golfe du Mexique au nord-est, à travers la région de la Nouvelle-Angleterre aux États-Unis et jusque dans les provinces maritimes.

Crédit photo: Adobe Stock

En d'autres mots, cela signifie que les « régions au nord et à l'ouest de cette piste active - Labrador, Terre-Neuve , Québec, Ontario et les Grands Lacs - verront le plus souvent les précipitations hivernales tomber sous forme de neige, et parfois beaucoup ».

On conseille déjà à tout le monde de ne rien prévoir du 16 au 23 janvier, car selon l'Almanach, «des épisodes de neige abondante et de pluie, suivis de ce qui pourrait être l'une des épidémies d'air arctique les plus froides» devraient survenir dans la province. On parle d'ailleurs de températures de 40° en dessous de zéro.

Crédit photo: Adobe Stock

On peut déjà faire une croix sur un éventuel printemps précoce, car l'Almanach indique qu'il faudra s'attendre à «une fin de mois de mars avec une grande variété de conditions météorologiques allant de fortes chutes de neige à des torrents de pluie en passant par des orages en rafales et un temps orageux à travers grande partie du pays».

Bref, oublions les prévisions déprimantes et profitons plutôt du moment présent et de ce qu'il nous reste de l'été.