Un hiver qui s'annonce particulièrement musclé?

Grosse saison hivernale en prévision !

Grands Titres

L'hiver 2022-2023 pourrait être particulièrement neigeux selon certains spécialistes...

Alors que le mois de novembre a débuté sous le thème de la chaleur, voilà que la neige a commencé à faire son apparition un peu partout dans la province. D'ailleurs, tout porte à croire que le mois de novembre se terminera sous le thème des flocons. Et si tel est le cas, est-ce que cela signifie que l'hiver à venir sera plus neigeux qu'à l'habitude?

Selon Réjean Ouimet, météorologue, il faudra tout d'abord voir comment se déroulera la fin du mois de novembre afin d'avoir un aperçu de la tendance des prochains mois: «Le mois de novembre va nous offrir les premiers clins d’œil de l’hiver. Il est coutumier de voir les premières accumulations, voire les premières bordées, surtout en région nordique ou en terrain montagneux. Toutefois, la conjoncture peut se détraquer. On a alors les ingrédients propices aux tempêtes de neige qui se maintiennent. Le froid est assez présent pour justifier la neige, mais pas trop pour l’éloigner. Les bordées de neige vont alors se succéder à un plus grand rythme qu’en novembre normal. Ainsi lors des mois de novembre 2014 et 2019 on a eu au cours de ces mois pratiquement le double des bordées habituelles au Québec. »

Il faut savoir qu'en 2014 et en 2019, les bordées et les épisodes majeurs ont été plus nombreux que la moyenne. En tout, on a dénombré une trentaine de bordées au cours de ces deux années, alors qu'en novembre, on avait aussi observé un nombre de bordées plus élevé que la moyenne.

C'est grâce aux observations des dernières années que Réjean Ouimet a pu établir un lien entre les bordées de novembre et les mois à venir: «Pour y arriver, on a eu des séquences de bordées tous les deux à quatre jours. C'est nettement plus qu’en temps normal. Les chutes de neige structurées se présentent à intervalle de sept jours environ. Non seulement les deux hivers ont eu plus de bordées de 15 cm, mais aussi plus de bordées majeures (de 25 cm et plus). Donc, un gros début de saison de neige serait précurseur d’un hiver qui en a long à raconter. »

Enfin, est-ce que les Québécoises et les Québécois devraient s'attendre à un hiver interminable? Selon Réjean Ouimet, si l'hiver à venir se trouve à être dans la lignée de ce qu'on a observé en 2014 et en 2019, il est probable que oui: «L’avance prise en novembre a réussi à se maintenir au long de l’hiver. En fait, le rythme n’a pas été constant tout au long de la saison. Dans les deux cas, on a connu un regain d’activité en fin de saison à compter de la mi-février. »

Voici un reportage de MétéoMédia: