Météo : Une mère dit craindre pour sa vie à cause de son fils qui est psychotique

Une mère dit craindre pour sa vie à cause de son fils qui est psychotique

Tous les détails à l'intérieur.

Publié le par Grands Titres dans Météo
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Une mère de Trois-Rivières a révélé qu'elle avait dû barricader son cabanon et mettre des barreaux dans les fenêtres de son sous-sol, car elle craint son fils qui souffre d'épisodes psychotiques.

Selon ce qu'a indiqué la mère nommée Nathalie Dubois, c'est en raison de sa consommation de méthamphétamine que son fils de 27 ans souffre d'épisodes psychotiques. En effet, les effets de la drogue font en sorte que le jeune homme fait régulièrement l'objet de crises délirantes: "Il me dit qu’il ne contrôle plus ses actes et ses pensées et que le Bon Dieu a des plans pour moi. Il ne fait que crier après ses voix, il crie au meurtre."

La mère a bien raison de craindre pour sa santé et sa sécurité, car une mère de 57 ans de Drummondville avait déjà tenté en vain d’alerter la Sûreté du Québec sur l’état mental de son fils et celle-ci avait été retrouvée morte par la suite. Nathalie Dubois a d'ailleurs fait allusion à cette troublante histoire lors de l'entrevue qu'elle a accordée à TVA Nouvelles.

Nathalie Dubois et le père de son fils avaient aussi tenté de faire soigner le jeune homme dans un hôpital de Shawinigan, mais celui-ci était parvenu à mettre fin à son séjour après quelques jours seulement.

À cet effet, la psychiatre légiste Marie-Frédérique Allard a indiqué à TVA Nouvelles: "Mettons qu’on prend l’exemple d’un problème de consommation. Vous êtes très très intoxiqués aux amphétamines. Le juge demande une ordonnance d’évaluation, cela vous amène à l’urgence. Votre intoxication se résorbe en quelques jours. Si la personne ne représente pas de dangerosité, et qu’elle ne veut pas rester, on n’a pas de moyen de la garder à l’hôpital."

Enfin, Jonathan Lacasse, co-directeur du Regroupement des organismes de base en santé mentale, a déclaré pour sa part: "C’est malheureusement pas un cas isolé, ce genre de situation là. Il faut pointer du doigt le manque de ressources, financières et humaines."

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: TVA Nouvelles · Crédit Photo: Adobe Stock