Nouvelles générales : Anti-masques: «Nous devrions écouter ce que les gens demandent, ce que les gens disent», déclare l'OMS

Anti-masques: «Nous devrions écouter ce que les gens demandent, ce que les gens disent», déclare l'OMS

Tous les détails à l'intérieur.

Publié le par Grands Titres dans Nouvelles générales
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Alors que des mouvements anti-masques émergent dans de nombreux pays, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) demande aux gouvernements de dialoguer avec ceux qui sont contre l'idée de se couvrir le visage pour limiter l'expansion de la crise sanitaire.

C'est TVA Nouvelles qui rapporte cette information qui est en train de faire le tour du monde. En effet, l'OMS s'est prononcée sur les mouvements anti-masques qui émergent dans de nombreux pays. Le directeur général, Tedros Adhanom Ghebreyesus a demandé aux gouvernements de dialoguer avec ces personnes aux idées radicales. «Nous devrions écouter ce que les gens demandent, ce que les gens disent. Nous devrions engager un dialogue honnête», a-t-il notamment déclaré.

Toutefois, il a tenu à rappeler à ceux qui sont contre l'idée de se couvrir le visage pour limiter l'expansion de la crise sanitaire que la situation actuelle est grave, précise TVA Nouvelles. «Je voudrais dire à ceux qui ont manifesté la semaine dernière que le virus est réel. Il est dangereux. Il circule rapidement et il tue, et nous devons tout faire pour nous protéger et protéger les autres», a insisté Tedros Adhanom Ghebreyesus. «Même pendant les manifestations, et partout où il y a des foules (...), nous devons garder nos distances, nous devons porter des masques».

Si tout le monde a encore en tête les images de ce weekend où des manifestants allemands ont tenté de prendre d'assaut le Parlement national, l'OMS veut que les gouvernements agissent avec clémence, souligne TVA Nouvelles. «Il est vraiment important que les gouvernements ne réagissent pas de manière excessive aux protestations des gens contre les mesures», a expliqué Michael Ryan, directeur des urgences sanitaires à l'OMS. 

Toutefois, pour Tedros Adhanom Ghebreyesus chaque vie compte et tout doit être fait pour en sauver le maximum.  «Chaque vie, qu'il s'agisse d'une personne jeune ou âgée, est précieuse. Et nous devons tout faire pour la sauver». Selon lui, «accepter que quelqu'un meure en raison de son âge est une faillite morale». 

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: TVA Nouvelles · Crédit Photo: Adobe Stock