Nouvelles générales : Après avoir quitté leur emploi, des préposés aux bénéficiaires en devenir sont exclus de la formation

Après avoir quitté leur emploi, des préposés aux bénéficiaires en devenir sont exclus de la formation

Tous les détails à l'intérieur...

Publié le par Grands Titres dans Nouvelles générales
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Une aspirante qui suivait la formation de préposés aux bénéficiaires a été renvoyée à la maison après deux jours.

L'aspirante nommée Mélanie Levasseur a appris mardi qu'elle n'était pas admissible à la formation rémunérée du gouvernement Legault en raison de son asthme et d’autres problèmes de santé.

Comme l'a expliqué Mme Levasseur, celle-ci travaillait dans le milieu de la restauration depuis 28 ans quand elle a décidé d'effectuer un changement de carrière en s'inscrivant au programme de formation accélérée: "Je n'aurais jamais donné ma démission si je n'avais pas eu une lettre disant qu’ils sont heureux de m’aviser que je suis acceptée. [...] J'ai fait une crise j'avais à peu près 14 ans. Depuis, je n'ai jamais utilisé de pompe de façon régulière ou quoi que ce soit."

Selon ce qu'a indiqué le CIUSSS de la Capitale-Nationale, 24 candidats parmi les 528 personnes choisies dans la région pour suivre la formation ont dû quitter en raison de problèmes de santé.

À cet effet, Mathieu Boivin, agent d’information aux relations médias, a expliqué: "Les candidats pouvaient débuter leur formation, mais il était clair que ce privilège pouvait être révoqué si, après vérification, ceux-ci ne satisfaisaient finalement pas aux exigences ministérielles. [...] Considérant le temps alloué pour le traitement des questionnaires médicaux de pré-emploi, notez que d’autres dossiers sont toujours à l’étude et que d’autres candidats pourraient malheureusement devoir céder leur place pour la même raison."

Pour sa part, la porte-parole du ministère de la Santé, Marie-Claude Lacasse, a ajouté que certains établissements n’ont eu d’autre choix que de procéder ainsi par manque de temps: "Nous rappelons que les CISSS/CIUSSS ont dû examiner des milliers de candidatures en un très court délai."

Enfin, malgré ces explications, Mme Levasseur ne cache pas qu'elle a beaucoup de difficulté à accepter cette façon de procéder: "C'est un manque de respect. Je trouve ça déplacé de donner la chance et d’accepter quelqu’un pour changer d’idée. Moi, c'était vraiment mon coeur. J'avais trouvé ma place enfin de pouvoir me réaliser et d'être utile à la société et de faire un changement aussi minime soit-il."

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: ICI Radio-Canada · Crédit Photo: Capture d'écran