Nouvelles générales : Attaque homophobe à Paris devant des témoins complètement indifférents

Attaque homophobe à Paris devant des témoins complètement indifférents

Tous les détails à l'intérieur.

Publié le par Grands Titres dans Nouvelles générales
Partager sur Facebook
0 0 Partages

David et Olivier marchaient dans la rue Folie-Méricourt (XIe) à Paris vers 19 heures quand ils ont été attaqués dans une terrible agression homophobe, le 21 juillet dernier. 

« Ils sortaient tranquillement de chez eux, se sont fait fracasser la tête, insulter gratuitement, traiter de pédés par de parfaits inconnus et ont terminé en sang pour le simple fait d'être homosexuels », s'est révolté leur avocat, Jean-Baptiste Boué-Diacquenod, ce vendredi. Et ce, devant des témoins complètement indifférents.

Terrence Katchadourian, secrétaire général de Stop Homophobie, a partagé une photo du visage ensanglanté de David sur les réseaux sociaux. Puis l'affaire a rapidement capté l'attention de nombreux internautes. 

Malheureusement, l'agresseur et ses complices courent toujours. Selon une source proche du dossier citée par le Parisien, il s'agirait d'un homme marginal dans la quarantaine. 

« Il nous a d'abord balancé des obscénités puis craché dessus », a raconté Olivier. « Il a ensuite brandi une bouteille de bière pour nous frapper à la tête. J'ai voulu me défendre. Et là, quatre jeunes, sortis de nulle part, nous ont foncé dessus. L'un d'eux nous a dit "Si tu t'approches, je te tue". Le temps s'est arrêté. Je voyais mon copain en sang. Aux terrasses noires de monde, personne ne bougeait. Rétrospectivement, c'est ça qui est le plus dur. On s'est sentis terriblement seuls. »

Quand les services d'urgence sont arrivés pour prendre en charge les deux victimes, les agresseurs ont pris la fuite. 

Le lendemain, David et Olivier ont voulu aller porter plainte, mais les agents du commissariat leur ont dit de retourner à la maison car il y avait « trop de monde ». 

David a avoué qu'il a maintenant peur de sortir de chez lui puisque les agresseurs n'ont jamais été retrouvés. 

Il a fallu que la photo du visage de David soit partagée sur les réseaux sociaux pour faire bouger les choses, d'après Terrence Katchadourian.

La maire de Paris, Anne Hidalgo, a réagir sur Twitter, mardi. 

« J’adresse tout mon soutien et souhaite un prompt rétablissement à David et son compagnon après cette agression inacceptable. L’homophobie n’aura jamais sa place à Paris. Les coupables doivent être identifiés et poursuivis », a-t-elle affirmé.

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: Le Parisien · Crédit Photo: Twitter