Nouvelles générales : Boucar Diouf s'impatiente et pète une coche contre les «irresponsables» et les «égoïstes»

Boucar Diouf s'impatiente et pète une coche contre les «irresponsables» et les «égoïstes»

Tous les détails à l'intérieur.

Publié le par Grands Titres dans Nouvelles générales
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Dans un texte coup de poing publié dans La Presse ce samedi, Boucar Diouf s'est attaqué aux personnes atteintes de la COVID-19 qui font « la tournée des bars de karaoké », mais aussi à « ceux qui pestent violemment contre les décisions de la Santé publique » ainsi qu'à « ceux qu’on entend justifier leur je-m’en-foutisme par des arguments du genre : revenez-en, le virus ne tue même pas les jeunes ».

Boucar Diouf a démontré son impatience envers ces personnes dans un texte intitulé « Le karaoké des nombrils du monde » et il a décidé de leur offrir une réponse. 

« Tu sais, on s’en contrefiche que tu attrapes la maladie, chose! », a écrit Boucar Diouf. « Ce qui nous importe vraiment, c’est que tu ne viennes pas occuper un lit et mobiliser des ressources humaines dans le système de santé. Ce dont on a peur, c’est que tu contamines des gens qui contribueront à cet engorgement des hôpitaux. » 

« En résumé, ce qui nous préoccupe bien plus, c’est que ton irresponsabilité empêche des gens d’avoir accès à d’autres soins de santé pressants », a-t-il ajouté. « Mais si tu es prêt à nous garantir que tu ne viendras pas à l’hôpital advenant des complications, tu peux louer un chalet dans le bois avec d’autres égoïstes de ton genre et inviter un malade de la COVID-19 à chanter du karaoké avec vous. Il ne vous restera plus alors qu’à vous enfermer dans cet endroit pendant 45 jours pour mieux célébrer votre détachement face à cette maladie. »

« Contrairement à toi, nous sommes nombreux à rester convaincus que le virus existe, qu’il peut être fatal à bien des gens, et la seule façon de lui barrer le chemin, c’est de veiller les uns sur les autres », a conclu Boucar Diouf dans son appel à « la solidarité » et au « sens du collectif ». 

Lisez le texte complet de Boucar Diouf publié sur La Presse.

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: La Presse · Crédit Photo: Facebook