Nouvelles générales : «Ce n’est qu’une nuit, ça ne fera pas mal... J'ai tout perdu - juste parce que j'ai pris ce risque»

«Ce n’est qu’une nuit, ça ne fera pas mal... J'ai tout perdu - juste parce que j'ai pris ce risque»

Tous les détails à l'intérieur.

Publié le par Grands Titres dans Nouvelles générales

Savannah Struchen pratiquait le cododo. Elle allait cesser le lendemain, après les recommandations du médecin et d'un travailleur social. Mais les choses se sont passées autrement. Voici son histoire. 

« J'ai eu une urgence familiale. Mes deux enfants plus âgés ont fait une mauvaise chute - juste après une soirée où j'avais bu. J'ai été aux urgences, et plus tard dans un hôpital pour enfants, pendant près de 24 heures.

Je ne pensais pas qu’un ou deux biberons de lait auraient pu affecter le sommeil de bébé. 

Je n’ai pas pensé au fait que j’étais trop fatiguée. Que le papa était peut-être trop fatigué.

Un travailleur social m'avait déjà fait signer un accord générique sur le sommeil sécurisé (l'hôpital avait fait un rapport de protocole en raison des blessures des enfants), même si j'avais menti sur l'endroit où bébé dormait de toute façon. Demain, je me suis dit. Demain, je vais sortir tout le linge de mon sac et le déplacer dans la chambre pour que bébé dorme.

J'étais tellement fatiguée. Le travailleur social ne revenait que le lendemain. Une nuit de plus ne ferait pas de mal, me suis-je dit.

Alors, je me suis allongée, j'ai mis bébé au sein et je me suis endormie.

Quand je me suis réveillée, il y avait du sang sur ma chemise et qui sortait de son nez. J'ai paniqué en me souvenant de l'histoire d'une maman qui a perdu son bébé en partageant le lit - elle a dit qu'elle avait trouvé son bébé avec du sang et du mucus qui coulaient de son nez. 

Pas moi. Pas mon bébé. Ça ne pouvait pas arriver. Elle allait se réveiller si je la prenais dans mes bras et changeait sa couche, non?

Elle ne l’a pas fait. Elle était aussi molle qu'une poupée de chiffon.

Je me souviens d'avoir pleuré et crié: "non, non, non." Je me souviens que mon mari s'est précipité dans la pièce, me demandant ce qui n'allait pas… "Abby…" était tout ce que je pouvais sortir, et je pointais… je me souviens de lui me hurlant au visage C'EST POUR ÇA QU'ON NE DOIT PAS DORMIR AVEC LE BÉBÉ - LES SERVICES SOCIAUX VONT NOUS ENLEVER LES ENFANTS MAINTENANT Je me souviens de lui hurlant dans les escaliers pour le téléphone de sa mère, appelant le 911, essayant de la réanimer. Je me souviens que les ambulanciers sont entrés et ont essayé aussi avant de la conduire à l'hôpital. Je me souviens avoir été interpellée, conduite au poste de police et interrogée. Je me souviens que le policier a pris ma chemise en guise de preuve et m'en a tendu une autre pour me changer. Je me souviens avoir pleuré jusqu'à ce que mes yeux soient enflés, mon visage taché de morve et ma tête me faisait mal. Je me souviens avoir demandé à l'agent si j'allais être arrêtée. Je me souviens avoir entendu dire qu’elle n’avait pas survécu. Je me souviens, mais c’est un flou.

Je pensais que je faisais ce qu'il fallait pour mon bébé. J'ai été rassurée par plusieurs mamans dans des groupes de mères que c'était sans danger.

Je n’ai pas pensé aux dangers, même si j’avais été prévenue, même si j’avais été renseignée par des médecins et des infirmières sur le sommeil sécuritaire, même si mon mari et moi nous disputions presque tous les soirs à ce sujet.

Ce n’est plus mon mari.

Mes deux autres enfants ont maintenant été adoptés par une autre famille.

J'ai tout perdu - juste parce que j'ai pris ce risque.

Je demande à chaque maman qui lit ceci et qui partage toujours le lit, qui a l'intention de partager le lit ou qui est entre le partage du lit et un sommeil sûr - voulez-vous VRAIMENT prendre ce risque qu'une très petite variable tue votre bébé - une variable que vous ne pouvez pas contrôler parce que vous serez endormi? Pensez-vous VRAIMENT que vous pouvez battre les chances? Êtes-vous VRAIMENT aussi à l'aise avec la culpabilité et le chagrin que vous porterez à vie?

J'aurais aimé ne pas avoir pris ce risque.J'aurais aimé avoir écouté.

Veuillez m'écouter et ne laissez pas la mort d'Abby être vaine. »

Source: Love What Matters · Crédit Photo: Courtoisie