Nouvelles générales : “Ce petit homme venait de changer mon monde d’un moment de tristesse à un moment de bonheur.”

“Ce petit homme venait de changer mon monde d’un moment de tristesse à un moment de bonheur.”

Tous les détails à l'intérieur...

Publié le par Grands Titres dans Nouvelles générales
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Aaron Ostachuk est policier et tout récemment, il a partagé aux internautes une anecdote qui a touché des milliers de gens. Voici donc son récit qui risque de vous attendrir à votre tour!

"Peu de temps après que deux officiers ont été tués dans l’exercice de leurs fonctions récemment, ce petit jeune homme est venu frapper à la fenêtre de ma voiture de patrouille avec sa mère à ses côtés.

Peut-être qu’il s'est rendu compte que j'avais l'esprit un peu tourmenté par les récents événements ou peut-être qu’il était tout simplement attiré par les policiers. Je ne le saurai jamais. Mais j’ai été pris au dépourvu par sa petite stature parce que je ne l’ai pas vu s’approcher de mon véhicule et j’étais profondément plongé dans mes pensées.

J’ai fait descendre ma fenêtre et j’ai souri et j’ai dit : "Qu’est-ce qui se passe petit homme ?" Je n’oublierai jamais le grand sourire qu’il affichait, alors qu'il tentait de s'élever à l'aide de ses talons en me demandant: "Puis-je prendre une photo avec vous?"

J’ai répondu : "Avec moi?" Il a de nouveau dit: "Puis-je prendre une photo avec vous?" J’étais ravie. Ce petit homme venait de changer mon monde d’un moment de tristesse à un moment de bonheur. 

Je lui ai dit : "Je serais honoré, et je ferais mieux. Je vais te laisser porter mes lunettes de soleil de patrouille et nous pourrons tous deux être des flics pour un moment." 

Je l’ai ramassé, comme on le voit sur la photo, et il n’avait même pas peur. Un jeune afro-américain n’a pas peur de la police parce qu’il ne nous regarde pas avec colère ou déception. Parce qu’il est trop jeune pour voir la haine, le racisme, ou que certains policiers peuvent être mauvais et déshonorer leur badge.  

C’est un jeune garçon qui m’a admiré comme quelqu’un qui ne lui fera pas de mal. Je ne peux qu’imaginer "la conversation" qu'il a eu avec sa mère avant cette photo ainsi qu’après George Floyd.

Sa mère a versé une larme tout en prenant des photos pour nous deux. Non pas parce que j’étais un officier gentil, mais j’aimerais penser que c'était en raison de la bravoure et de l’amour que son fils montrait.

Comme beaucoup d’autres policiers, j’en ai marre que des flics racistes, haineux et égocentriques ternissent notre bon travail acharné, puis que notre profession doive faire deux pas en arrière et que tous aient l’air mauvais. La "ligne bleue mince" ne consiste pas à couvrir les mauvais coups des uns et des autres quand l’un de nous fait mal. Il s’agit de protéger le bien du mal.

Aujourd’hui, ce petit homme m’a fait preuve de compassion après le jour tragique où nous avons perdu Tiff et K.K. 

Gardons intacte l’excitation de ce petit homme à l’égard des policiers et continuons à mener le bon combat.

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: Love That Matters · Crédit Photo: Capture d'écran