Nouvelles générales : Claude Poirier dénonce l'injustice des petits commerces versus Costco et Walmart

Claude Poirier dénonce l'injustice des petits commerces versus Costco et Walmart

Tous les détails à l'intérieur.

Publié le par Grands Titres dans Nouvelles générales

Alors que le journaliste Claude Poirier fait de plus en plus parler de lui ces derniers temps, il a tenu à dénoncer dans sa dernière chronique l'injustice dont sont victimes les petits commerces comparés aux géants Costco et Walmart.

C'est Le Reflet qui rapporte cette nouvelle qui va sans doute faire le tour de la province. En effet, le journaliste Claude Poirier a tenu à dénoncer l'injustice dont sont victimes les petits commerces comparés aux géants Costco et Walmart. «On se rappellera que le gouvernement du Québec a autorisé les grandes surfaces comme Costco et Walmart à rester ouvertes. Je suis d’accord. Je crois, cependant, que celles-ci auraient dû être accessibles seulement pour de la nourriture ou des items qu’on retrouve également en pharmacie. Moi, j’aurais carrément bloqué l’accès aux autres rangées», a-t-il notamment déclaré.

Il est revenu également sur le cas des grosses quincailleries et notamment Canadian Tire. Selon lui, ces commerces n'auraient pas dû être considérés comme essentiels par le gouvernement. «Pour ce qui en est de Canadian Tire et des grosses quincailleries, je n’ai pas compris pourquoi ces commerces n’étaient pas fermés. Ces endroits étaient bondés de monde, pour des choses qui ne sont pas, à mon sens, essentielles», a-t-il déploré.

Crédit photo: Adobe Stock

Pour le journaliste, le gouvernement a nui aux petits commerces en laissant Costco, Walmart ou encore Canadian Tire ouvert pendant la période de confinement. «Beaucoup de propriétaires de petits commerces qui vendent les mêmes produits que certains magasins à grande surface m’ont appelé. Ils étaient en colère de voir les stationnements remplis de clients qui se rendaient à leur voiture avec des téléviseurs, des vélos et autres accessoires de divertissement», souligne-t-il.

Crédit photo: Adobe Stock

D'ailleurs, Claude Poirier illustre ses propos avec des exemples concrets de petits commerces qui ont subi les répercussions des décisions du gouvernement au cours de la crise sanitaire. «L’un d’eux, par exemple, a dû arrêter de vendre ses produits électroniques. L’autre a dû fermer sa boutique de vélos. Ce qui est aberrant, c’est que ces items pouvaient être vendus ailleurs. On parle d’acheter local, mais on a fait souffrir l’économie d’ici en autorisant les magasins à grande surface à vendre de tout. Les petits commerçants ne pourront pas rattraper ces ventes perdues à leur réouverture».

Source: Le Reflet · Crédit Photo: Facebook