Nouvelles générales : COVID-19: Dominic Champagne testé positif au coronavirus

COVID-19: Dominic Champagne testé positif au coronavirus

Tous les détails à l'intérieur.

Publié le par Grands Titres dans Nouvelles générales

Alors que de nombreuses célébrités à travers le monde ont été testées positives au coronavirus, le metteur en scène Dominic Champagne vient d'annoncer qu'il était positif au coronavirus.

C'est Radio-Canada qui rapporte cette bien triste nouvelle. En effet, le célèbre metteur en scène Dominic Champagne a été testé positif au coronavirus. C'est sur sa page Facebook que l'homme de 57 ans a annoncé la nouvelle. «Ça y est, cinq jours après le test, passé à la place des festivals, la santé publique par la voix d’une jeune femme pleine d’intelligence et de bonté vient de me confirmer positif, c’est à dire porteur du virus selon l’appellation, covidien, covidieux ou covidiant pour ne pas dire coronarien».

Voici le message en intégralité de celui qui est notamment connu pour être derrière du «Pacte pour la transition» : 

« ça y est, cinq jours après le test, passé à la place des festivals, la santé publique par la voix d’une jeune femme
pleine d’intelligence et de bonté vient de me confirmer positif, c’est à dire porteur du virus
selon l’appellation, covidien, covidieux ou covidiant
pour ne pas dire coronarien !

on va retracer ici nos principaux lieux de contacts
pour retracer d’où ça a pu venir
et à qui nous avons pu communiquer ledit virus

après la relâche, que nous avons passée à notre maison de campagne sur le bord du fleuve
(nous ne prenons plus l’avion, pour tenter d’endiguer l’autre crise), de retour à montréal, le 9 mars, nous n’avions aucun symptôme

ce lundi soir, nous avons cependant fait la bise à marius,
un jeune étudiant parisien en stage à l’école nationale de théâtre que nous avions accueilli en pensionnaire à la maison pour quelques mois et qui lui même rentrait d’une relâche à new york
(a posteriori c’est vers cette bise du lundi soir que se sont portés nos premiers soupçons. mais marius est rentré à paris depuis, nous sommes en communication constante avec lui et il n’est toujours pas porteur d’aucun symptôme, ce qui ne signifie pas pour autant que ça ne vienne pas de là, tant le mystère persiste autour du comportement du virus).

avis donc à tous ceux et celles qu'on a pu côtoyer à partir du lundi 9 mars...

le mardi 10 mardi, nous sommes allés, arthur et moi, à la maison symphonique voir et entendre le merveilleux gold rush de chaplin dans une salle où ça toussait plus que de coutume. nous n'avons pas frôlé outre mesure, mais j'ai versé quelques larmes, le romantisme de chaplin me fait toujours un effet monstre, chaque fois...

le surlendemain julie et moi assistions à un extraordinaire spectacle de danse de la compagnie néerlandaise d’Hofesh Schechter, pur ravissement, sans doute l'un des meilleurs moments de danse de ma carrière de spectateur, dans ce qui devait s’avérer notre dernier spectacle de la saison...

(parenthèse pour saluer tous les acteurs, actrices et ami.e.s créateurs de tous les shows que je me faisais un bonheur d'aller voir et que je ne verrai pas sur scène, sans compter ce hamlet dont je rêvais depuis près d'un an et qui ne verra pas le jour, mais c’est une autre histoire, fin de la parenthèse)

le jeudi 12, après avoir enfilé quelques meetings pour le pacte (avis à ceux et celles avec qui j'ai pu comploter - on était en préparation d'une importante rencontre avec le premier ministre Legault au sujet de l'autre crise, rencontre qui a été annulée depuis), le canadien annulait son match contre buffalo et le lendemain, je prenais le chemin de l’exil vers ma maison de campagne plutôt par précaution car on n’éprouvait toujours aucun symptôme

c’était le vendredi 13…

le samedi 14 mais plus certainement le dimanche 15, les premiers signes de ce qui s’apparentait plutôt à un début rhume sont apparus : vague écoulement au nez et à la gorge, vague toux, les bronches vaguement engorgées, mais rien d’alarmant et surtout rien qui s’apparentait clairement aux symptômes que l'on pouvait connaître du virus) et puis, peu à peu, une fatigue physique croissante, une sensation de fièvre sans faire de température,
courbatures de plus en plus présentes, maux de tête, mal de dos, léthargie de plus en plus prenante qui compromet bientôt les pratiques quotidiennes de yoga

visiblement, de jour en jour quelque chose se passait qui ne passait pas et malgré nos appels répétés au téléphone de la santé publique, chaque fois le protocole communiqué par quelques anges gardiens concluait que nous n’étions pas atteints par ledit virus...

mardi 24, après un important rendez-vous médical à montréal prévu depuis des mois et qui s’est déroulé avec toutes les précautions nécessaires, nous nous sommes rendu faire l'épicerie puis sentant l’évolution de notre condition, il nous semble sage de nous rendre passer le test à la place des festivals où nous essuyons un refus (le protocole à ce moment-là rejetait visiblement toute demande à ceux et celles qui n'avaient pas voyagé)

le lendemain, mercredi le 25, 10 jours après l’apparition de premiers symptômes, nous nous obstinons et nous nous présentons de nouveau à la clinique sans rendez-vous où nous passons enfin le test

ce matin, 5 jours plus tard, nous venons de recevoir
le diagnostic

en ce qui me concerne, les symptômes de fatigue et de maux à la tête et au dos avaient déjà commencé à s’estomper il y a une semaine, quelques jours avant le test
à un point tel que je me demandais si les résultats allaient être négatifs

en ce qui concerne julie, les symptômes identiques aux miens persistent depuis 15 jours, de façon stable, sans évoluer : fatigue, toux sèche, maux de tête

depuis l’apparition de ces symptômes qui avaient déjoué les premiers diagnostics de la santé publique, nous nous sommes fiés à notre propre intuition et aujourd’hui notre expérience nous confirme que sans avoir voyagé
sans toux réelle, sans fièvre et sans difficulté respiratoire
on peut être le porteur du virus

nous avons évidemment limité nos sorties au strict minimum et suivi rigoureusememt les consignes de confinement, nous n'avons approché ni touché personne, mais il est possible que nous ayons été porteurs du virus alors que nous n'avions pas de symptômes apparents

notre compréhension est que le virus peut être très volatil et se développer de façon bien différente d'une personne à l'autre, et que les mystères entourant son comportement demeurent importants

sans être tout à fait certain, selon la santé publique, on présume que je serai immunisé, après une période de confinement de quelques jours suivant la disparition des symptômes...

alors je pourrai éventuellement venir en aide à ceux qui ont besoin d’un coup de main!

d’ici là je vais me gaver de silence, de lectures et d'écritures...

je tiens à saluer tous et toutes les braves qui se dévouent pour nous
le monde de la santé, à commencer par le bon horacio arruda et notre premier ministre qui agit avec l'étoffe des grands, saluer aussi ceux qui nous nourrissent
et tous ceux et celles qui sont déjà à l’oeuvre
pour guérir le monde où nous vivons et nous avec lui

visiblement ces jours étranges sont une occasion plus que jamais de distinguer l’essentiel de l’accessoire

nous vivons aujourd’hui une épreuve historique
et nous constatons à quel point nous sommes ensemble

à quel point nos comportements ont compromis la qualité de la vie sur terre

à quel point nous sommes fragiles et vulnérables

à quel point certaines choses doivent croître
et d'autres décroître

à quel point l’humanité est capable d’amour et de grandeur

à quel point nous aimons la vie plus que tout

à quel point, in the end, love is all we need »

Source: Radio-Canada · Crédit Photo: Courtoisie