Nouvelles générales : COVID-19: surreprésentation des obèses aux soins intensifs, d'après le Dr Béliveau

COVID-19: surreprésentation des obèses aux soins intensifs, d'après le Dr Béliveau

Tous les détails à l'intérieur.

Publié le par Grands Titres dans Nouvelles générales
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Les personnes obèses et en surpoids ont plus de risque de développer des complications liées à la COVID-19, selon une étude britannique. En entrevue à RDI Matin, le Dr Richard Béliveau, docteur en biochimie et directeur scientifique de la Chaire en prévention et traitement du cancer à l’Université du Québec à Montréal (UQAM), a commenté les résultats de cette étude. 

Le Dr Richard Béliveau a souligné que la COVID-19 frappe plus durement les personnes qui souffrent de l'une des conditions suivantes : l’hypertension, les maladies cardiovasculaires, le diabète de type 2 et l’obésité. 

« Les données publiées en Italie, en France et en Angleterre sont très claires concernant les personnes âges de moins de 60 ans : si vous êtes obèse et que vous avez moins de 60 ans, vous avez deux fois plus de risques d’être hospitalisé, vous avez deux fois plus de risques de pneumonie et vous avez surtout sept fois plus de probabilités d’être hospitalisé aux soins intensifs, d’être intubé et mis sous respirateur », a-t-il expliqué.

Le Dr Richard Béliveau a donné l'exemple de la France où l'on retrouve 17 % d'obèses au sein de la population alors qu'ils représentent 84 % des patients aux soins intensifs. 

« Il faut prendre conscience que l’obésité c’est un problème de santé », a-t-il martelé. « L’Organisation mondiale de la santé l’a dit l’an dernier : l’obésité sera au 21e siècle ce que le tabac a été au 20e siècle. »

« L’obésité est reliée au développement de plusieurs maladies chroniques et à une vulnérabilité aux attaques virales, alors il faut prendre conscience qu’il n’y a pas "d’obésité santé". Il faut sortir de la rectitude politique qui nous empêche de parler librement d’obésité. Ici, on cache ça en dessous du tapis comme si c’était une honte publique. Il faut se prendre en main individuellement et le faire pour l’ensemble de la société. C’est une prise de conscience globale qu’on doit faire », a-t-il insisté.

Écoutez son entrevue à RDI Matin : 

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: Radio-Canada · Crédit Photo: Adobe Stock