Nouvelles générales : De nombreuses aires de repos interdisent l’accès aux toilettes aux camionneurs par peur du virus.

De nombreuses aires de repos interdisent l’accès aux toilettes aux camionneurs par peur du virus.

Tous les détails à l'intérieur...

Publié le par Grands Titres dans Nouvelles générales
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Les camionneurs font de plus en plus face à l'impossibilité d'avoir accès à des repas chauds, des douches chaudes ou même à un endroit pour se laver les mains, alors que les stations-service interdisent l’accès aux toilettes, en raison de la pandémie de la COVID-19.

Les représentants de l’industrie affirment que la fermeture des aires de repos et les stations-service qui interdisent l'accès aux salles de bain constituent un défi croissant à travers le continent pour les travailleurs qui font partie intégrante de la chaîne d’approvisionnement. Rappelons que c'est grâce à eux que nous avons encore accès à des articles hospitaliers et à des approvisionnements pour les épiceries, alors que des millions de Canadiens restent à la maison et que des entreprises non essentielles doivent fermer leurs portes.

Le porte-parole de Teamsters Canada, Christopher Monette, a déclaré à CTV News: "C’est plutôt mauvais là-bas. C’est un énorme problème."

Selon le porte-parole, les aires de repos routières sont probablement moins risquées pour la santé qu’une épicerie ou une pharmacie.

Dans une lettre adressée au premier ministre la semaine dernière, Teamsters Canada a demandé à Ottawa d’obliger les entreprises à nettoyer les camions, les trains et les wagons afin de prévenir la transmission du virus.

Dimanche, le ministre du Travail de l’Ontario, Monte McNaughton, a tweeté des photos de pancartes sur lesquelles on pouvait lire "Pas de toilettes pour les conducteurs à cet endroit" et "Aucun conducteur au-delà de ce point. Pas d’accès aux toilettes".

Le ministre McNaughton a accompagné les photos d'un message déclarant: "C’est une honte. Les conducteurs transportent les marchandises pour le marché. Montrons-leur un peu de respect."

Ken Johnston, chef des ressources humaines de Purolator, a déclaré que le problème est aussi critique dans la ville que sur l’autoroute, tout en précisant que la majorité de ses chauffeurs dans les zones urbaines.

Les stations-service sont généralement le "dernier endroit fiable"pour un arrêt de repos, mais cela a changé au cours des dernières semaines. Johnston a ajouté: "Nos coursiers fournissent des fournitures essentielles aux hôpitaux, aux établissements de soins de longue durée et, bien sûr, à des millions de Canadiens qui s’isolent ou qui s’éloignent socialement chez eux et qui ont besoin de fournitures. Donc, à bien des égards, nous sommes autant un travailleur de première ligne dans cet effort que n’importe qui. Le fait ne pas assurer leur sécurité et leur bonne santé pourrait avoir des répercussions en aval sur toutes ces autres fonctions importantes."

Le maire de Toronto, John Tory, a exhorté les entreprises qui demeurent ouvertes à accueillir les travailleurs du transport en commun qui ont besoin d’utiliser leurs installations pendant leur travail. Lors d'une conférence de presse qui a été présentée lundi, le maire Tory a déclaré: "Certaines entreprises qui ont déjà accueilli des employés sont soit fermées, tandis que celles qui sont ouvertes ne permettent plus l'accès à ces opérateurs. Ces exploitants, ces chauffeurs d’autobus et de tramways nous servent à un moment où nous avons besoin d’eux pour nous servir, et nous devons les aider dans l’exercice de leurs fonctions."

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: CTV News · Crédit Photo: Capture d'écran