Nouvelles générales : De plus en plus d'enseignants prennent une retraite anticipée

De plus en plus d'enseignants prennent une retraite anticipée

Tous les détails à l'intérieur.

Publié le par Grands Titres dans Nouvelles générales

Alors que la crise sanitaire a complètement bouleversé la vie des établissements scolaires, elle a également accéléré les retraites anticipées chez les enseignants. Une situation préoccupante qui pourrait avoir des répercussions sur la prochaine année scolaire.

C'est Radio-Canada qui rapporte cette nouvelle qui est en train de faire le tour de la province. Si la rentrée scolaire devrait avoir lieu dans la quasi-normalité en septembre prochain, la crise sanitaire a accéléré les retraites anticipées chez les enseignants. La chaîne de télévision a rencontré certaines personnes qui vivent ou côtoient cette réalité. C'est les cas de Gilles Boisvert pour qui la crise sanitaire et les modalités de reprises des cours l'ont convaincu de prendre cette décision. «Je veux partir avant d’être trop aigri», a confié celui qui devait prendre sa retraite dans 2 ans.

Son histoire est loin d'être un cas isolé, explique Radio-Canada. S'il était déjà courant que certains enseignants prennent leur retraite anticipée, le phénomène est davantage mis en lumière en raison de la crise sanitaire selon Nancy Goyette, professeure-chercheuse au Département des sciences de l'éducation à l’Université du Québec à Trois-Rivières. Une situation qui ne l'étonne pas. «Ce n’est pas surprenant, sachant qu'avant la pandémie, il y avait plusieurs enseignants qui n'étaient pas dans une santé mentale optimale».

Crédit photo: Adobe Stock

Alors que le Québec est victime d'une pénurie d'enseignants, cette situation est inquiétante, souligne Radio-Canada. «Ça ouvre la porte à des enseignants non qualifiés dans les écoles parce qu'on n'a pas le choix. Pas parce que les directions d'école prennent n'importe qui, mais quand il n'y a plus personne sur les listes, ça amène des gens qui n'ont pas nécessairement leur formation complétée en éducation ou même pas de formation pour être enseignant», déplore Nancy Goyette.

Radio-Canada s'est entretenue avec Josée Scalabrini, la présidente de la Fédération des syndicats de l’enseignement, pour qui ce phénomène de retraite anticipée chez les enseignants est très connu de ceux qui gravitent dans ce domaine. «Autour de nous, si on est dans le milieu de l'enseignement, on connaît tous des gens qui quittent et qui auraient pu faire encore deux ou trois ans», affirme-t-elle.

Une solution pourra être trouvée selon elle, souligne Radio-Canada. «Dans quelques semaines, on va commencer à reparler de cette pénurie-là, et je peux vous dire qu’on va pouvoir ajouter ces enseignants qui pouvaient encore faire de belles années et qui ont décidé de quitter à cause des conditions et de l'insécurité face à laquelle on se trouvait pour l'année 2020-2021». Il s'agit donc d'un dossier à suivre.

Source: Radio-Canada · Crédit Photo: Adobe Stock