Nouvelles générales : DERNIÈRE HEURE: Une Autochtone de 26 ans abattue par la police au Nouveau-Brunswick

DERNIÈRE HEURE: Une Autochtone de 26 ans abattue par la police au Nouveau-Brunswick

Tous les détails à l'intérieur...

Publié le par Grands Titres dans Nouvelles générales
Partager sur Facebook
0 0 Partages

La Force policière d'Edmundston a confirmé que la femme de 26 ans qui a été abattue jeudi matin dans le nord-ouest du Nouveau-Brunswick était une Autochtone nommée Chantel Moore. 

Selon ce qu'a indiqué la Force policière, Chantel Moore a vécu la majeure partie de sa vie en Colombie-Britannique, dans la communauté Tla-o-qui-aht de l'île de Vancouver, mais c'est à Edmundston qu'elle avait vu le jour.

C'est jeudi matin, vers 2 h 30, que des policiers se sont rendus dans un immeuble de logements d'Edmundston à la suite de la publication de messages sur les réseaux sociaux qui avaient été jugés comme étant très inquiétants.

Or, dès que les policiers sont arrivés sur les lieux, un agent a fait face à une femme armée d'un couteau qui proférait des menaces à son égard.

L'agent se serait alors retrouvé dans une situation où il a dû ouvrir le feu sur la femme, puis malgré des tentatives de la maintenir en vie, Chantel Moore est décédée par la suite.

Selon ce que les proches de la victime ont indiqué, Moore venait tout juste de quitter la Colombie-Britannique afin de se rapprocher de sa famille à Edmunston.

Les proches de Moore ont officiellement déclaré: "Nous espérons que l’enquête sera menée de façon prompte et avec justesse et que la vérité des événements ressortira. Pour le moment, nous vous demandons de respecter notre intimité dans ces moments difficiles."

C'est une agence indépendante de la Force policière d'Edmundston qui mènera l'enquête afin d'assurer une transparence complète et ainsi, la Gendarmerie royale du Canada (GRC) aura la difficile tâche de déterminer si les actions de l'agent étaient conformes aux normes de maintien de l'ordre.

Felix Cacchione, qui est directeur de l'Équipe d’intervention en cas d’incident grave de la Nouvelle-Écosse, a expliqué qu'en temps normal, c'est son agence qui aurait dû enquêter sur cette affaire, mais les restrictions liées à la COVID-19 et l’absence d’un de ses employés a fait en sorte que les services de la GRC ont été requis.

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: ICI Radio-Canada · Crédit Photo: Capture d'écran