Nouvelles générales : Des chercheurs affirment que le confinement était basé sur de mauvaises projections

Des chercheurs affirment que le confinement était basé sur de mauvaises projections

Tous les détails à l'intérieur...

Publié le par Grands Titres dans Nouvelles générales

Un rapport de l'Institut économique de Montréal (IEDM) indique le Canada aurait pris des actions trop drastiques en se fondant sur une mauvaise prévision.

C'est dans une note économique qui a été préparée par Peter St. Onge, chercheur associé senior à l’IEDM, avec la collaboration de Gaël Campan, économiste senior à l’IEDM, qu'on y apprend que c'est un modèle épidémiologique conçu par le professeur Neil Ferguson du Imperial College London qui aurait grandement encouragé le gouvernement à mettre les bouchées doubles, en ce qui concerne les mesures drastiques de confinement.

Le rapport qui avait été publié le 16 mars prévoyait des dizaines de millions de décès dans le monde, mais les bilans observés jusqu'ici démontrent clairement que la réalité se situait bien en dessous de ces projections apocalyptiques.

Dans son premier rapport du 16 mars, le professeur Neil Ferguson annonçait "510 000 morts du coronavirus au Royaume-Uni et 2,2 millions aux États-Unis en 2020. Dix jours plus tard, son équipe fournit de sombres prévisions pour plusieurs pays, dont le Canada. Ferguson prévoit que, sans mesures prises, la COVID-19 pourrait tuer 326 000 Canadiens cette année. Avec une diminution de 75 % de la fréquence des contacts, sa prévision tombait à moins de 46 000 décès. Selon lui, sans la moindre intervention, la COVID-19 infecterait 7 milliards d’individus et en tuerait 40 millions".

Un peu moins d'un mois plus tard, le professeur ajustait ses prévisions en fonction des dernières semaines: "Pendant ce temps, les modèles épidémiologiques ont été révisés à forte baisse comparé aux extrêmes du professeur Ferguson. Le 9 avril, le Canada établissait ses projections de décès à entre 11 000 et 22 000, plutôt que les 8000 à 326 000 du professeur. Le 14 avril, le Royaume-Uni publiait une estimation de 23 000 décès, comparativement aux 22 000 à 602 000 de Ferguson. Les États-Unis, partiellement ouverts durant la pandémie, ont fait part d’une estimation de 134 000 décès (le double de la grippe de 2017) le 4 mai, plutôt que les 84 000 à 2 654 000 de son modèle."

Enfin, même si la pandémie n'est pas terminée et que la menace d'une deuxième vague est bien réelle, les bilans observés jusqu'ici montrent sans l'ombre d'un doute que les modèles avaient été surévalués: "Ferguson prédisait 1,4 million de morts au Japon, alors que le nombre de décès au 12 mai était de 657. En Corée du Sud, il prédisait 381 000 morts, comparativement à 258 au 12 mai. À Taïwan, 212 000 morts plutôt que le nombre réel de sept. Même en Suède, il a prédit 85 000 morts alors que le total au 12 mai était de 3313. [...] Au Canada, le coronavirus est jusqu’à présent légèrement pire qu’une mauvaise grippe saisonnière : 5169 décès au 12 mai comparativement aux 3500 estimés au pays par le ministère de la Santé ontarien pour une saison typique(15). La situation n’est pas résolue et une courbe en cloche pourrait voir les décès doubler, ou plus encore. Mais jamais nous n’envisagerions de mettre 6 millions de Canadiens sur l’aide sociale pour éviter même une très mauvaise grippe saisonnière."

Source: IEDM · Crédit Photo: Capture d'écran