Nouvelles générales : Des dentistes ont peur de ne pas être totalement prêts pour le 1er juin

Des dentistes ont peur de ne pas être totalement prêts pour le 1er juin

Tous les détails à l'intérieur.

Publié le par Grands Titres dans Nouvelles générales
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Alors que les activités des dentistes sont sur «pause» depuis maintenant plusieurs semaines, certains d'entre eux ont peur de ne pas être totalement prêts pour le 1er juin, date à laquelle ils pourront rouvrir leurs portes.

C'est Radio-Canada qui rapporte cette nouvelle qui va sans doute faire le tour de la province. En effet, les dentistes ne sont pas satisfaits du court délai que leur a laissé le gouvernement pour préparer la reprise de leurs activités. Selon eux, 15 jours étaient loin d'être suffisants pour mettre aux normes leurs cabinets respectifs. Résultat ? Des dentistes ont peur de ne pas être totalement prêts pour le 1er juin et estiment qu'ils ne pourront qu'offrir des services partiels.

Radio-Canada indique que des dentistes ont envoyé une lettre aux députés de l’Assemblée nationale pour leur expliquer leur point de vue. «Oui, nous voulons travailler, nous sommes formés et conscients des enjeux. Non, nous ne sommes pas en mesure de fournir les nouveaux standards demandés pour tous les traitements», peut-on notamment y lire. Il faut dire que le 16 mai dernier, ils ont reçu un document de 57 pages leur donnant des recommandations à appliquer pour la reprise de leurs activités, ce qui ne leur a pas laissé beaucoup de temps pour s’adapter.

Crédit photo: Adobe Stock

Pour couronner le tout, Hélène Nadeau, qui est à l'origine de la lettre envoyée aux députés, a expliqué à Radio-Canada que les normes de ventilations ont changé le 22 mai dernier. «Comment faire des modifications au système de ventilation actuelle en cinq jours ouvrables?», déplore-t-elle. Elle revient aussi sur la question délicate des masques. «On nous demande désormais d’utiliser les masques N95 ou des KN95. Qui me dira si mes KN95 sont contrefaits et nécessitent d’être retournés?», se demande-t-elle. Elle confie également son impression sur le fait que les masques N95 «semblent réquisitionnés et redirigés vers les centres hospitaliers».

Hélène Nadeau a rappelé à Radio-Canada que les dentistes sont aussi «des travailleurs de la santé sur la ligne de front» et qu'elle espérait «un changement qui place la profession et ses normes médicales au niveau de celle des médecins». Enfin, la plus grande des craintes des dentistes si les choses ne changent pas c'est que «certaines cliniques pourraient ne pas survivre».

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: Radio-Canada · Crédit Photo: Adobe Stock