Nouvelles générales : “Des masques étaient portés avant la pandémie. Ce n’est pas politique. Ce n’est pas une violation des droits.”

“Des masques étaient portés avant la pandémie. Ce n’est pas politique. Ce n’est pas une violation des droits.”

Tous les détails à l'intérieur...

Publié le par Grands Titres dans Nouvelles générales
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Emily Bolander collabore à la page Facebook JoyFul Crew et tout récemment, elle a publié un texte à propos du port du masque. Comme vous le verrez, son histoire donne une nouvelle perspective à tous les débats qui entourent ce sujet étrangement controversé en Amérique du Nord.

"Je parle anglais.

Je vis au Japon et je ne parle que l’anglais et peut-être 20 phrases japonaises.

J’ai grandi dans un monde où on me disait : "Retournez d’où vous venez. C’est l’Amérique. Nous parlons anglais ici."

Aucune personne au Japon ne m’a dit : "C’est le Japon. Nous parlons japonais ici. Retournez d’où vous venez."

Pas une seule fois.

Les individus abandonnent leur siège dans les salles d’attente, dans les trains ou dans les autobus, lorsqu’ils me voient enceinte ou en compagnie de mes enfants. 

Je peux à peine les remercier dans leur langue maternelle.

Des masques ont été portés ici avant qu’une pandémie mondiale ne survienne.

Avant que la COVID-19 ne circule de façon effrénée, le peuple japonais portait des masques pour protéger leurs communautés.

Pas eux-mêmes.

Moi.

Ils ne voulaient pas que je subisse leurs reniflements, et ils s’attendent à ce que je ne veuille pas leur donner le mien.

Ce n’est pas politique. Ce n’est pas une violation des droits. C’est une question de "Peut-être que c’est juste des allergies, mais je ne suis pas sûr, alors je porte un masque pour ne pas cracher sur vous quand je parle."

La liberté est une belle chose, oui.

Mais le collectivisme n’est pas une menace pour la liberté, vous tous.

Prendre soin de la réalité de quelqu’un d’autre ne vous rend pas faible, et pour l’amour de Dieu, ça ne fait pas de vous un "mouton".

La communauté est une belle chose.

La compassion aussi.

Tout comme l’empathie.

J’aime beaucoup mon pays, écoutez ça. Mais à bien des égards, je sais que nous pouvons faire mieux."

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: Love That Matters · Crédit Photo: Capture d'écran