Nouvelles générales : Des médecins québécois lancent une pétition contre les rassemblements de 250 personnes

Des médecins québécois lancent une pétition contre les rassemblements de 250 personnes

Tous les détails à l'intérieur.

Publié le par Grands Titres dans Nouvelles générales
Partager sur Facebook
0 0 Partages

C'est ce lundi que les rassemblements de 250 personnes sont maintenant autorisés au Québec. Mais la nouvelle n'est pas bien accueillie par tout le monde. 

Un groupe de médecin a signé une pétition pour demander au gouvernement de revenir sur cette décision et de conserver les limites de 50 personnes pour les rassemblements intérieurs. 

C'est le chirurgien David Zukor qui a lancé la pétition et près de 5 000 personnes l'ont signée jusqu'à maintenant. 

Selon lui, Québec va trop vite dans son déconfinement et les conséquences pourraient être désastreuses. 

« Je me suis dit: "Si dans trois ou quatre semaines, nous nous retrouvons dans la même situation que nous étions auparavant, je m'en voudrais de ne pas avoir essayé de faire quoi que ce soit pour changer les choses" », a-t-il déclaré à CTV News. 

Voici le texte de la pétition en ligne

« Nous, médecins de Quebec, voulons attirer l’attention du gouvernement de façon urgente et solennelle sur le risque grave que ferait courir à la population l’autorisation de rassemblements de 250 personnes à l’intérieur. Grâce à l’action concertée du gouvernement, des acteurs de santé et de toute la population nous constatons avec espoir une diminution progressive du nombre de formes graves de COVID-19 et des décès. Tout ceci risque d’être brutalement remis en cause par cette autorisation qui conduirait inévitablement à la reprise de rassemblements à risque et à une perte de contrôle des mesures de protection et de distanciation sociale. En tant que médecins qui ont vu de près les ravages de la COVID-19, nous demandons instamment au gouvernement de revenir sur cette autorisation et de maintenir pour l’instant la limitation actuelle de rassemblement à l’intérieur. Ce n’est pas le temps de jouer avec le feu quand l’émergence de pics de nouveaux cas dans d’autres pays nous rappelle que le risque d'une deuxième vague n'est pas loin. »

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: CTV News · Crédit Photo: Adobe Stock