Nouvelles générales : Échappant de peu à un kidnapping, une Haïtienne devient préposée aux bénéficiaires au Québec.

Échappant de peu à un kidnapping, une Haïtienne devient préposée aux bénéficiaires au Québec.

Tous les détails à l'intérieur...

Publié le par Grands Titres dans Nouvelles générales

Une femme de Port-au-Prince, qui était employée par le secrétariat privé du premier ministre (l'équivalent du Conseil privé au Canada) et qui a dû immigrer au Canada en raison de menaces de mort, est devenue préposée aux bénéficiaires à la suite de son arrivée au Québec.

Fedjanie Daphnée Deetjen a expliqué à Ici Radio-Canada avoir reçu de nombreuses menaces au cours de ses années de service au secrétariat privé. Parmi les messages qu'elle recevait par textos anonymes, on y retrouvait des menaces comme "Nous savons à quelle école va ta fille" et même "Tu as tout l’argent du pays, tu as droit à tout et nous à rien. On va te tuer".

Après son arrivée au Québec, Fedjanie a notamment travaillé sur la chaîne de production, chez Olymel, puis dans un centre d’appels d’un sous-traitant de câblodistributeur. Or, après plusieurs semaines de formation, Fedjanie a expliqué qu'on lui a fait comprendre qu'elle devrait se trouver un nouvel emploi: "Je ne comprenais rien à ce que les gens disaient au téléphone. J’étais perdue. Je ne comprenais rien." [...] "Je n’ai pas eu à démissionner, ils m’ont poliment fait comprendre que ça s’arrêtait là."

Ce n'est qu'en octobre dernier que le destin a souri à Fedjanie, alors qu'elle a été embauchée comme préposée à la maison MAVA, une résidence privée pour personnes âgées située à quelques mètres de chez elle: "C’est la seule RPA qui non seulement ne demandait pas de formation, mais en plus, l’offrait. J’ai envoyé mon CV, j’ai tout de suite été appelée, la dame m’a invitée, je me suis douchée, habillée, puis j'y suis allée."

Tandis que Fedjanie attend toujours de savoir quand elle pourra enfin accueillir son amoureux qui est toujours en Haïti et qui fait l'objet de menaces.

Enfin, bien que Fedjanie n'ait pas pu avoir droit au programme accéléré de formation PAB du Québec, son expérience des derniers mois lui sera très utile: "J’ai travaillé toute la pandémie comme PAB et je me qualifie pour la résidence permanente. Cherchez l’erreur."

Source: ICI Radio-Canada · Crédit Photo: FEDJANIE DAPHNÉE DEETJEN