Nouvelles générales : Elle va en cour pour empêcher son mari d'obtenir l'aide médicale à mourir

Elle va en cour pour empêcher son mari d'obtenir l'aide médicale à mourir

Tous les détails à l'intérieur.

Publié le par Grands Titres dans Nouvelles générales

Un juge a ordonné la suspension d'une demande d'aide médicale à mourir. Une première au Canada depuis que l'aide à mourir a été légalisée en 2016, d'après CTV News. 

Le patient qui souhaite bénéficier de l'aide médicale à mourir est un homme de la Nouvelle-Écosse de 83 ans souffrant d'une maladie pulmonaire. Les médecins lui auraient donné trois ans à vivre en 2003. Il a aussi reçu un diagnostic de démence en 2019.

Mais sa femme Katherine, qui est mariée avec lui depuis 48 ans, se bat devant les tribunaux pour que son mari ne puisse pas bénéficier de l'aide médicale à mourir, le qualifiant d'hypocondriaque. 

« Il est poussé par son propre esprit à vouloir mettre fin à ses jours. C'est un état d'esprit suicidaire », a affirmé Katherine à CTV News. 

L'octogénaire avait déjà demandé l'aide médicale à mourir en avril, mais on lui a refusé. Un nouveau groupe a finalement décidé de lui accorder en juillet. Katherine s'est donc empressée de retenir les services d'un avocat pour obtenir une injonction afin de suspendre les plans de son mari. 

L'affaire est maintenant devant la Cour d'appel de la Nouvelle-Écosse après qu'un juge ait accordé le droit au mari d'obtenir l'aide médicale à mourir. Mais Katherine insiste pour que des tests psychiatriques soient effectués afin que son mari ne soit pas jugé sain d'esprit pour prendre une telle décision. Au total, sept experts ont donné des avis contradictoires sur l'état mental et physique de l'homme entre avril et juillet. 

Helen Long, la directrice générale de Dying With Dignity, a déclaré à CTV News qu'elle comprend les préoccupations de Katherine, mais que les décisions de fin de vie reviennent à l'individu et non aux proches.

« Nous entendons constamment les familles à quel point ces décisions sont difficiles, à quel point il est difficile d'en parler à leurs proches », a-t-elle expliqué. « Mais au final, c'est un choix individuel - ce n'est pas une décision de groupe. »

En attendant de savoir qui gagnera la bataille, l'homme a peut-être quitté sa femme pour de bon malgré tout. Il est parti de la maison et refuse maintenant de lui parler. 

« Je ne l'ai pas vu depuis le 31 juillet, je ne sais pas où il est et il ne veut plus me parler au téléphone », a avoué Katherine.

Source: CTV News · Crédit Photo: Adobe Stock