Nouvelles générales : François Legault lance un cri du coeur à la population québécoise afin de soutenir son projet de loi 61.

François Legault lance un cri du coeur à la population québécoise afin de soutenir son projet de loi 61.

Tous les détails à l'intérieur...

Publié le par Grands Titres dans Nouvelles générales
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Alors que l'opposition semble vouloir tout faire en son possible pour empêcher l'adoption du projet de loi 61 du gouvernement caquiste, le premier ministre François Legault a lancé un cri du coeur à la population afin de lui demander son soutien.

C'est vendredi matin, peu avant 7h, que le premier ministre a publié sur sa page Facebook un texte mettant en lumière les objectifs visés par son gouvernement en ce qui concerne son projet de loi 61.

Dans sa lettre adressée à la population, François Legault a tout d'abord débuté en donnant quelques exemples des travaux urgents qui pourraient profiter de ce projet de loi: "Je vous écris tôt ce matin parce que j’ai besoin de votre appui. Dans les prochaines heures, les partis d’opposition devront décider si oui ou non, ils veulent nous aider à relancer l’économie québécoise et construire plus rapidement les écoles, les hôpitaux, les projets de transport en commun et à réparer nos routes maganées. On veut aussi accélérer la rénovation des CHSLD et des maisons des aînés. On doit bien ça à ceux qui ont bâti le Québec. Ces projets-là sont attendus dans toutes les régions du Québec. On en a besoin. Au Québec, avec les règles actuelles et toutes les autorisations nécessaires, ça prend entre 4 et 7 ans."

Selon François Legault, son gouvernement a fait plusieurs compromis afin de trouver un terrain d'entente avec l'opposition, mais il fait présentement face à un cul-de-sac: "Votre gouvernement a déposé le projet de loi 61 pour qu’on puisse aller plus vite. Dès le départ, on a dit à l’opposition qu’on voulait travailler avec eux pour améliorer la loi. Ils ont soulevé des inquiétudes sur trois aspects principaux: la protection de l’environnement, l’article 50 sur l’intégrité des contrats publics et la période de temps où s’applique l’état d’urgence sanitaire. 

On a écouté et on a déposé des amendements:

- qui resserrent les contrôles pour protéger l’environnement 

- en retirant l’article 50 

- et en terminant l’état d’urgence sanitaire au 1er octobre

Malgré ces changements, les partis d’opposition ont décidé de refuser la main tendue par le gouvernement."

Enfin, rappelons que le premier ministre a précisé plus tôt cette semaine qu'il n'avait pas l'intention d'avoir recours au bâillon pour adopter le projet de loi.

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: Facebook · Crédit Photo: Capture d'écran