Nouvelles générales : François Legault refuse formellement d'abandonner le projet de loi 61

François Legault refuse formellement d'abandonner le projet de loi 61

Tous les détails à l'intérieur.

Publié le par Grands Titres dans Nouvelles générales

Alors que le projet de loi 61 suscite l'indignation chez de nombreux Québécois ainsi qu'au sein des partis d'opposition, François Legault a annoncé ce mardi qu'il refusait formellement de l'abandonner.

C'est le Huffington Post qui rapporte cette nouvelle qui est en train de faire le tour de la province. En effet, François Legault a annoncé ce mardi lors d'un point de presse qu'il n'était pas près d'abandonner le projet de loi 61. Rappelons qu'il a pour objectif notamment de prolonger l’état d’urgence sanitaire jusqu'à que le gouvernement choisisse d'y mettre fin, mais aussi relancer l'économie en accélérant 202 projets d'infrastructures. Pour le premier ministre, ce projet de loi est nécessaire et il semble y tenir fortement.

Le Huffington Post raconte que le seul compromis qu'est prêt à faire François Legault est de repousser la fin de la session parlementaire qui est prévue ce vendredi. «Les Québécois souhaitent qu’on travaille ensemble. Si c’est nécessaire de la prolonger pour être capable d’adopter ce projet loi, on est prêt à le faire. On a ce devoir pour le bien de l’ensemble des Québécois», a-t-il notamment déclaré ce mardi.

Pourtant dans un article de Radio-Canada publié ce mardi 9 juin, on apprend que le projet de loi 61 «crée des conditions extrêmement favorables à l’émergence de corruption, de collusion et autres malversations apparentées» selon les informations d'un mémoire portant sur le projet de loi 61 du comité public de suivi des recommandations de la commission Charbonneau.

Toutefois, le Huffington Post indique que ce n'est pas l'objectif du premier ministre. «Personne ne veut revivre les contrats donnés aux petits amis», a-t-il déclaré ce mardi. Le projet de loi 61 risque donc de continuer à faire couler beaucoup d'encre cette semaine étant donné la division qu'il suscite.

Source: Huffington Post · Crédit Photo: Facebook