Nouvelles générales : Gardée captive par sa mère pendant 26 ans, elle était forcée de manger de la nourriture pour chats

Gardée captive par sa mère pendant 26 ans, elle était forcée de manger de la nourriture pour chats

Tous les détails à l'intérieur...

Publié le par Grands Titres dans Nouvelles générales
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Une femme russe qui a été piégée dans une maison par sa mère pendant 26 ans a révélé qu’elle a mangé de la nourriture pour chats et du pain moisi afin de rester en vie.

La femme de 42 ans avait été gardée enfermée par sa mère - qui prétendait la « protéger » - pendant plus de la moitié de sa vie, avant de se présenter à un bureau du conseil local en Russie pour demander un emploi et un document d’identité.

Nadejda Bushuyeva n’avait pas vu le monde extérieur depuis qu’elle avait quitté l’école 26 ans plus tôt, à l’exception d’un voyage dans une clinique en 2006.

Elle a été nourrie de nourriture pour chats et gardée à l’intérieur jusqu’à ce que sa mère, une vendeuse à la retraite appelée Tatiana, tombe malade et ait besoin d’un traitement hospitalier.

C'est lorsque les fonctionnaires se sont rendus à la maison qu'ils ont découvert des chats morts, une infestation de rats, et une zone sur le sol que la femme utilisait pour dormir.

Lorsqu’elle a fait sa réapparition, Nadejda avait les cheveux emmêlés et elle n'avait pas pris de bain depuis plus de 10 ans.

Sa mère pensait qu’il était trop "dangereux" de la laisser quitter la maison et c'est pourquoi elle avait décidé de la garder à l’intérieur et loin du monde.

Le chef du conseil municipal, Vasily Tovarnov, a déclaré : "Après qu'elle ait quitté l’école, sa mère l’a "protégée", la gardant enfermée à la maison."

Il a ajouté que la femme avait "peur du monde extérieur" mais qu’elle voulait trouver un emploi et un passeport russe pour qu’elle puisse demander des prestations.

Lorsqu’on lui a demandé pourquoi elle n’était jamais partie, la femme aurait répondu: "Où irais-je ? [...] Je ne connais rien ni personne. Je n’ai été nulle part. Depuis que j’ai terminé l’école, j’ai arrêté d’aller [n’importe où]. Je mange ce qu’on me donne - la nourriture pour chats, le pain et la nourriture qui est pourrie."

Après sa visite à l’hôpital en 2006, elle a été jugée en bonne santé mentale, ainsi que sa mère.

Larisa Mikhayeva, chef du service des soins sociaux du district de Vachovsky dans la région de Nijni Novgorod, a déclaré : "La mère reçoit une pension et des prestations, et des produits d’épicerie, et nous avons proposé à plusieurs reprises de délivrer un passeport à sa fille Nadejda, ce qu’elle a refusé. Un travailleur social leur rendait souvent visite, mais ils ne laissaient pas entrer le travailleur dans la maison."

Les autorités n’ont pas pu agir parce que ni l’un ni l’autre n’ont été jugés malades mentaux.

Mikhayeva a poursuivi en déclarant: "Nous tentons de persuader Nadejda de changer son mode de vie, mais elle dit : "Je n’ai pas besoin de ça, j’aime ma façon de vivre, tout me convient." Il est très difficile d’aider les gens lorsqu’ils sont en bonne santé et de leur imposer une perception différente de la vie si la personne ne veut rien changer."

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: Lad Bible · Crédit Photo: Capture d'écran