Nouvelles générales : Ikea dans l'eau chaude...

Ikea dans l'eau chaude...

Des dizaines de millions de dollars en jeu

Publié le par Grands titres dans Nouvelles générales
Partager sur Facebook
14 14 Partages

Une artiste québécoise a déposé une plainte en justice contre IKEA et l'UNICEF, qui auraient vendu des millions de peluches qui seraient en fait des copies de ses créations.

La Presse rapporte que l'artiste Claude Bouchard demande pas moins de 22 millions de dollars aux deux entreprises afin de défendre ses droits. Elle aurait créé le concept de peluches dont elle allègue le plagiat par IKEA et l'UNICEF il y a 40 ans. 

La poursuite a été déposée cette semaine à la Cour supérieure à Montréal. L'artiste reproche à l'UNICEF d'avoir copié son concept de peluches, et de l'avoir commercialisé chez IKEA lors d'une campagne de charité dans le but de financer l'éducation des enfants. 

Des jouets de Claude Bouchard ont été vendus entre 1994 et 2005 par l'UNICEF dans sa boutique située sur la rue Saint-Denis, à Montréal. La Presse rapporte que la poursuite allègue que l'UNICEF profitait ainsi des «connaissances privilégiées» du concept de l'artiste, qui concevait ses peluches à partir de dessins d'enfants de Claude Bouchard. 

La plaignante accuse l'UNICEF d'avoir «trahi» sa confiance en «faisant bénéficier quelqu'un d'autre de [son] oeuvre», après avoir refusé en 1996 de vendre les poupées à l'international en raison d'un manque de ressources pour la production par l'artiste. 

Selon La Presse, l'UNICEF a toutefois lancé une campagne «Des peluches pour l'éducation» en partenariat avec IKEA sept ans plus tard. C'est en 2014 que la chaîne de magasins suédois avait procédé à des modifications du design des jouets afin de commercialiser 10 peluches faites à partir de dessins d'enfants après que ces derniers aient remporté un concours. 

L'artiste Québécoise déclare qu'elle a découvert les poupées de la collection Sagoskatt en janvier 2016 dans le magasin IKEA de Montréal. Selon elle, ces poupées possèdent toutes les «caractéristiques essentielles» de ses créations, «sans rien y ajouter».

Claude Bouchard réclame donc 20 952 000 $ à l'UNICEF en vertu de la Loi sur le droit d'auteur, 55 000 $ à IKEA Canada, 810 000 $ à IKEA Systems, et 200 000 $ aux trois parties impliquées pour son «préjudice psychologique».

Partager sur Facebook
14 14 Partages

Source: La Presse
Crédit Photo: jmho