Nouvelles générales : «Je ne veux pas être malade. Je veux m'endormir et me réveiller au paradis»

«Je ne veux pas être malade. Je veux m'endormir et me réveiller au paradis»

Tous les détails à l'intérieur.

Publié le par Grands Titres dans Nouvelles générales

Fawne Ballos a commencé à fréquenter Matt, son futur mari, il y a 13 ans. Elle a vite appris qu'il habitait avec sa grand-mère. C'est donc Nana le premier membre de la famille qu'elle a rencontré. Elle l'a même rencontrée avant que Matt la présente à ses amis! 

Nana avait 85 ans à l'époque. C'était une femme optimiste et indépendante. 

Quand son père s'est suicidé, Fawne s'est réfugiée chez Nana. C'était son havre de paix.

« Elle était toujours prompte à me faire un câlin affectueux, à me demander comment j'allais et à me dire qu'elle priait pour ma mère et moi », a raconté Fawne dans une publication touchante. 

Éventuellement, Fawne et Matt sont déménagés dans leur propre maison, à 1,6 kilomètre de chez Nana. Fawne continuait de visiter la grand-mère de Matt, souvent à pieds. Elles parlaient de plein de sujets ensemble.

« Quand j'ai fait ma troisième fausse couche, elle m'a parlé de la sienne et ses yeux sont devenus humides », s'est souvenue Fawne. « À ce moment-là , elle avait 97 ans, la confusion avait commencé à s'installer, et elle commençait à mélanger les lieux / situations, mais ce jour-là, elle m'a regardée droit dans les yeux et m'a demandé : "Ça va? Je sais ce que c'est que de dire aux gens que tu vas bien, mais tu ne vas vraiment pas bien". »

« Quand nous avons vu d'autres membres de la famille tomber malades et finalement décéder, elle m'a dit: "Je ne veux pas être malade à l'hôpital. J’espère qu’un jour, je vais m'endormir et me réveiller au paradis" », a raconté Fawne.

« Elle a entretenu seule une maison de 3 étages jusqu'à il y a deux ans. Elle connaissait les noms de nos enfants jusqu'à aussi récemment que le week-end dernier, alors qu’elle n’était clairement pas elle-même, mais elle s’est redressée et a dit "Lena!" lors de notre visite. »

« Jusqu'à récemment, elle ne prenait aucun médicament et se plaignait rarement. Sa vision de la vie n'a jamais cessé de m'étonner. Si elle avait une plainte (généralement à propos de la météo), elle était toujours suivie d'un rapide haussement d'épaules, puis elle changeait de sujet. Elle a été un modèle pour moi et je me sens bénie d'avoir pu la connaître. C’est bizarre de penser que je la connais depuis plus d’un tiers de ma vie, mais c’était une fraction beaucoup plus petite de la sienne. »

« À mon mari, à ses parents et à ses sœurs, je suis désolée pour votre perte et merci d'avoir partagé Nana avec moi toutes ces années. Nana s'est réveillée au paradis aujourd'hui, j'en suis sûre. Repose en paix, Nana, nous t'aimons. »

Source: Love What Matters · Crédit Photo: Courtoisie