Nouvelles générales : Jean-Luc Mongrain: deux tiers des personnes infectées à la COVID-19 seraient asymptômatiques.

Jean-Luc Mongrain: deux tiers des personnes infectées à la COVID-19 seraient asymptômatiques.

Tous les détails à l'intérieur...

Publié le par Grands Titres dans Nouvelles générales
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Une récente étude aurait démontré que les deux tiers des personnes contaminées par la COVID-19 seraient asymptomatiques. Or, même si ces personnes ne présentent pas de symptômes comme la perte d'odorat ou de la toux, celles-ci seraient toutefois porteuses du nouveau coronavirus.

Le populaire animateur s'est entretenu sur les ondes du 98,5 FM avec la chercheuse et épidémiologiste Nimâ Machouf, qui a notamment déclaré: "Au début, [...] on ne connaissait pas cet aspect de l'infection de la COVID, [...] mais ça fait quand même longtemps qu'on le sait, que les asymptomatiques peuvent aussi transmettre le virus. Et c'est pour ça que dans bien des pays, on a commencé à tester massivement des personnes sans symptôme. Nous, au Québec, on a tardé à faire ça, [...] mais maintenant, toute personne sans symptôme peut se faire tester."

L'animateur Jean-Luc Mongrain a d'ailleurs questionné Nimâ Machouf afin de savoir pourquoi d'autres pays connaissaient cette information, alors qu'au Québec, on semble en avoir pris connaissance que tout récemment. À cet effet, la chercheuse a expliqué: "Nous n'étions peut-être pas convaincus, ou peut-être que nous n'avions pas assez de tests. Au tout début, ils ont dû gérer beaucoup de pénuries de tests, parce que la vérité, c'est que le gouvernement n'était pas préparé [...] parce que ce qu'il prévoyait être l'épidémie de COVID n'est absolument pas ce qui est arrivé."

La spécialiste a précisé que les premières prévisions de la santé publique indiquaient que même si le gouvernement ne faisait rien, nous aurions tout au plus 18 000 cas au Québec.

Enfin, selon Nimâ Machouf, le personnel hospitalier n'avait jamais encore fait face à une réelle épidémie, mais elle a précisé que "ça ne s'excuse pas au Québec". La spécialiste a ajouté: "Pendant de nombreuses années, on a coupé les budgets de la santé publique, puis la santé publique est devenue que l'ombre d'elle-même, donc avec très peu de moyens et de personnel."

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: 98,5 FM · Crédit Photo: Capture d'écran