Nouvelles générales : L'arrestation musclée d'une femme autochtone soulève bien des questions sur les réseaux sociaux

L'arrestation musclée d'une femme autochtone soulève bien des questions sur les réseaux sociaux

Tous les détails à l'intérieur...

Publié le par Grands Titres dans Nouvelles générales
Partager sur Facebook
0 0 Partages

L'arrestation d'une femme autochtone a fait couler beaucoup d'encre, mais la Sûreté du Québec (SQ) a rapidement réagi afin d'expliquer à la population les circonstances entourant cette intervention qui a semblé plutôt musclée.

C'est dimanche soir à Shawinigan, rue Saint-Marc, vers 19 h, que des policiers de la SQ ont reçu un signalement leur indiquant qu'une dispute entre voisines était en train de se produire.

Après l'arrivée des policiers, la femme atikamekw de 27 ans se serait montrée très rébarbative à leur égard en leur lançant des insultes et en crachant même dans leur direction.

Les policiers ont donc dû maîtriser la jeune femme en raison de son comportement et puisqu'elle continuait à les menacer de leur cracher dessus, ils ont dû lui placer sur la tête un masque anti-crachat, qui peut s'apparenter à une espèce de sac en plastique. D'ailleurs, les policiers ont aussi précisé que la jeune femme semblait avoir été blessée à la bouche, car elle saignait.

Alors que des témoins ont filmé la scène et que ceux-ci ont diffusé des images de l'intervention en accusant les policiers de brutalité policière, de nombreux commerçants qui étaient présents ont déclaré que les agents avaient agi de façon irréprochable.

Chantal Charest fait partie de ces témoins qui ont assisté à la scène et qui soutiennent que les policiers ont agi adéquatement: "En ouvrant la porte, elle s’est mise à frapper sur le policier. Je l’ai trouvé fort, je l’ai trouvé bon d’être capable de la maîtriser. Il l’a maîtrisée sans aucun geste qui n’était pas correct. [...] Quand le policier l’a maîtrisée par les bras, elle s’est mise à crier : ''brutalité policière!'' C’est là que j’ai commencé à filmer parce que je me suis dit : ''elle va essayer de faire coller qu’elle s’est fait brutaliser par les policiers'', ce qui n’est pas le cas, du tout, du tout."

Enfin, le Centre d'amitié autochtone de Trois-Rivières a réagi en déclarant avoir pris connaissance de la version livrée par les policiers.

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: ICI Radio-Canada · Crédit Photo: Facebook