Nouvelles générales : L'immunité à la COVID-19 pourrait disparaître au bout de quelques mois à peine

L'immunité à la COVID-19 pourrait disparaître au bout de quelques mois à peine

Tous les détails à l'intérieur.

Publié le par Grands Titres dans Nouvelles générales
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Alors que les scientifiques en apprennent de plus en plus sur la COVID-19, une nouvelle étude explique que l'immunité obtenue après avoir vaincu la maladie pourrait disparaître au bout de quelques mois.

C'est TVA Nouvelles qui rapporte cette information inquiétante. En effet, le site medrxiv a mis en ligne une étude du King's College de Londres où l'on apprend que l'immunité à la COVID-19 pourrait disparaître au bout de quelques mois. «Ce travail confirme que les réponses en anticorps protecteurs chez les personnes infectées par le SARS-CoV-2 (...) semblent décliner rapidement», explique le Dr Stephen Griffin, professeur agrégé à l'École de médecine de l'université de Leeds en Angleterre.

TVA Nouvelles explique que les chercheurs à la tête de cette étude ont analysé plus de 90 cas confirmés de COVID-19. Leurs observations montrent que les anticorps neutralisants atteignent leur niveau le plus élevé en moyenne 3 semaines après l'apparition des symptômes, mais diminuent rapidement par la suite. La chaîne de télévision précise que seulement 16,7% des cas maintiennent de forts niveaux d'anticorps 65 jours après la découverte des premiers symptômes.

Crédit photo: Adobe Stock

Si cette étude n'a pas encore fait l'objet d'une évaluation, elle pourrait avoir des répercussions sur les futurs vaccins contre la COVID-19. «Les vaccins en cours de développement devront soit générer une protection plus forte et plus durable par rapport aux infections naturelles, soit être administrés régulièrement», indique le Dr Stephen Griffin. «Si l'infection vous donne des niveaux d'anticorps qui diminuent en deux à trois mois, le vaccin fera potentiellement la même chose (...) une seule injection ne sera peut-être pas suffisante», explique la Dr Katie Doores, principale auteure de l'étude.

Cet article n'exclut donc pas la possibilité qu'une personne déjà infectée par la COVID-19 puisse la contracter une seconde fois, raconte TVA Nouvelles. Toutefois, la deuxième contamination pourrait être moins violente, estime James Gill, professeur honoraire de clinique à la Warwick Medical School. «Même si vous vous retrouvez sans anticorps circulants détectables, cela ne signifie pas nécessairement que vous n'avez pas d'immunité protectrice parce que vous avez probablement des cellules mémoires immunitaires qui peuvent rapidement entrer en action pour démarrer une nouvelle réponse immunitaire si vous rencontrez à nouveau le virus. Il est donc possible que vous contractiez une infection plus bénigne», suppose la professeure d'immunologie virale Mala Maini, consultante à l'University College de Londres.

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: TVA Nouvelles · Crédit Photo: Adobe Stock