Nouvelles générales : L’insalubrité règne-t-elle à Montréal ? Cette nouvelle vous choquera !

L’insalubrité règne-t-elle à Montréal ? Cette nouvelle vous choquera !

Le nombre de plaintes est en forte hausse…

Publié le par Grands titres dans Nouvelles générales
Partager sur Facebook
35 35 Partages

Alors que la gastronomie et la diversité culinaire montréalaise sont aussi célébrées qu’acclamées, voilà une nouvelle qui en choquera plusieurs.

Radio-Canada a appris qu’en 2016, la Ville de Montréal a enregistré 645 poursuites pour insalubrité à l’encontre de restaurants, marchés d’alimentation, épiceries ou autres commerces de l’industrie alimentaire. Cela représente une hausse de 47% par rapport à l’exercice 2015. On apprend également que 145 établissements ont été temporairement fermés pour cette raison, une autre hausse spectaculaire de 28% suite à l’année 2015.

Aux dires des autorités municipales, ces données ne signifient pas que les établissements alimentaires montréalais sont plus insalubres qu’auparavant, simplement que le traitement et suivi de la Ville est plus efficace.

« Ce n’est pas nécessairement qu'on prend plus de poursuites, mais on les dépose plus rapidement. Vu qu'on avait un retard dans le délai des dépositions, ça a augmenté d'un coup », a confié au journaliste Benoît Chapdelaine la chef de division de l'Inspection des aliments à la Ville de Montréal, Myrta Mantzavrakos.

Toujours selon la Ville de Montréal, quelque 2% des endroits enquêtés sont dans un état critique ou chronique d’insalubrité, ce qui amène habituellement une fermeture immédiate. « Ce sont des situations très graves : infestation de vermine, rats, coquerelles, souris, malpropreté généralisée, aucun appareil qui fonctionne comme il faut », a ajouté Mme Mantzavrakos.

En 2016, 1999 plaintes ont été déposées en plus de 648 signalements de différents établissements alimentaires, encore ici une hausse notable de 14%. Les statistiques démontrent aussi que plus de 3400 échantillons ont été pris sur place par les inspecteurs municipaux l’an dernier, permettant l’identification de cinq types d’aliments ayant le plus de résultats non conformes détaille Radio-Canada : les charcuteries, le hummus, les tartares de viandes ou de poissons, le poulet cuit et les aliments des établissements chroniques.

« On a des quartiers où on a plus de défis, parfois à cause des barrières de langue, de la difficulté à faire véhiculer des messages », a précisé Myrta Mantzavrakos, en identifiant Parc-Extension, Saint-Laurent, Notre-Dame-de-Grâce-Côte-des-Neiges, le quartier chinois et Verdun. « Mais, dans ces quartiers, on a aussi d'excellents restaurants, impeccables. » 

Il ne faut toutefois pas partir en peur non plus. Mme Mantzavrakos a confié à Radio-Canada que plus de 13 000 inspections ont été conduites, un gage de sécurité selon elle pour la population. « Ayez confiance, si les établissements sont ouverts, c'est qu'ils sont sécuritaires pour les citoyens de Montréal. »

Partager sur Facebook
35 35 Partages

Source: Radio-Canada · Crédit Photo: Archives