Nouvelles générales : La Chine impose la loi pour réprimander le séparatisme à Hong Kong

La Chine impose la loi pour réprimander le séparatisme à Hong Kong

Tous les détails à l'intérieur.

Publié le par Grands Titres dans Nouvelles générales
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Alors que l'année 2019 fut notamment marquée par les nombreuses manifestations contre la loi controversée sur la sécurité nationale à Hong Kong, la Chine l'a finalement adoptée ce mardi. Une annonce qui suscite la crainte des habitants de ce territoire autonome.

C'est La Presse qui rapporte cette nouvelle qui est en train de susciter de nombreuses réactions à travers le monde. En effet, ce mardi, la Chine a adopté la loi controversée sur la sécurité nationale à Hong Kong. Une manière pour le pays de limiter fortement les actions de l'opposition de ce territoire autonome. «Pour les membres de la petite minorité qui menace la sécurité nationale, cette loi sera un glaive suspendu au-dessus de leur tête», a notamment déclaré le gouvernement chinois.

La Presse indique que l'opposition craint que l'adoption de cette loi entraîne une réduction extrême des libertés des habitants de Hong Kong. Pour certains, rien ne sera plus jamais comme avant. «Cela marque la fin de Hong Kong tel que le monde la connaissait», a expliqué Joshua Wong, un des acteurs importants du mouvement pour la démocratie. Toutefois, il est difficile de savoir encore à quoi s'attendre parce que le contenu définitif de la loi n'a pas été révélé, raconte le quotidien.

Cependant, La Presse indique qu'on en connait les grandes lignes. En effet, il sera notamment question de sanctionner le «séparatisme», le «terrorisme» ou encore la «collusion avec des forces extérieures et étrangères». Autrement dit, cette loi sur la sécurité nationale devrait entraîner une grande répression de la part du gouvernement chinois envers les habitants de Hong Kong qui militent pour davantage de démocratie au sein de ce territoire autonome.

Cette nouvelle a provoqué de nombreuses réactions à l'international, souligne La Presse. Le président du Conseil européen, Charles Michel, s'est notamment exprimé sur la question. «Cette loi risque de porter gravement atteinte au degré élevé d’autonomie de Hong Kong et d’avoir un effet préjudiciable sur l’indépendance du pouvoir judiciaire et de l’État de droit».

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: La Presse · Crédit Photo: Wikicommons