Nouvelles générales : La COVID-19, un virus futé qui «frappe une molécule qui nous protège»

La COVID-19, un virus futé qui «frappe une molécule qui nous protège»

Tous les détails à l'intérieur.

Publié le par Grands Titres dans Nouvelles générales
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Plus la crise sanitaire avance, plus les scientifiques connaissent de mieux en mieux la COVID-19. Une bonne partie de la recherche qui a lieu en ce moment pour trouver un traitement ou un vaccin contre le virus se concentre sur un récepteur nommé ACE2.

C'est Radio-Canada qui rapporte cette nouvelle qui va intéresser tous ceux qui suivent de très près l'évolution de la recherche autour de la COVID-19. En effet, en ce moment plusieurs chercheurs concentrent leurs efforts sur l'étude des interactions entre le virus et un récepteur nommée ACE2 (enzyme de conversion de l’angiotensine II). La chaîne de télévision explique qu'une protéine (protéine S) s'attache à ce récepteur ACE2, ce qui permet à la maladie de commencer son infection en pénétrant dans nos cellules.

Radio-Canada souligne que le récepteur ACE2 se trouve quasiment dans tout notre corps, ce qui constitue un avantage important pour la COVID-19. «D’abord ACE2 est très présent dans notre nez et dans notre gorge. Si je vous contamine avec mes gouttelettes, c’est là que ça va commencer. En conséquence, les gens vont tousser, avoir mal à la tête, mais souvent, ça va s’arrêter là», indique Josef Penninger, directeur de l’Institut des sciences de la vie de l'Université de la Colombie-Britannique.

Crédit photo: Adobe Stock

Toutefois, Josef Penninger a confié à Radio-Canada qu'environ 20% des personnes touchées par le virus peuvent développer une pneumonie et d’autres symptômes graves, car le récepteur ACE2 se trouve aussi dans les cellules de nos poumons. «L’inflammation s’aggrave et certains vaisseaux peuvent-être endommagés. C’est là que le virus peut passer au sang et infecter tout notre système (...) Dans les derniers stades, ce n’est plus une maladie pulmonaire, mais bien une maladie systémique qui touche plusieurs organes. Alors, ACE2 explique probablement toute la distribution de la maladie, des tissus qui sont infectés».

Josef Penninger a indiqué à Radio-Canada qu'une bonne partie de la recherche qui a eu lieu en ce moment porte sur la relation entre la COVID-19, la protéine S et le récepteur ACE2. «Probablement entre 40% et 50% de toute la recherche qui a cours en ce moment sur des médicaments ou des vaccins se concentre spécifiquement sur cette interaction entre le virus et ACE2». Selon lui, cette relation explique la gravité de la situation actuelle. «Ce virus est très futé. Il frappe une molécule qui nous protège. Et c'est pourquoi il y a autant de tissus touchés par la COVID-19 et que cette maladie est si grave».

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: Radio-Canada · Crédit Photo: Adobe Stock