Nouvelles générales : La femme du chauffeur de bus tué à Bayonne brise le silence

La femme du chauffeur de bus tué à Bayonne brise le silence

Un témoignage bouleversant.

Publié le par Grands Titres dans Nouvelles générales
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Dimanche dernier, la ville de Bayonne a été le théâtre d'un événement épouvantable. Un chauffeur de bus s'est fait mortellement agresser par plusieurs individus qui ne voulaient pas porter de masque et qui n'avaient pas de ticket. La femme de la victime a décidé de briser le silence à travers un témoignage bouleversant.

C'est Le Parisien qui rapporte le témoignage bouleversant de Véronique Monguillot, l'épouse de Philippe, le chauffeur de bus tué à Bayonne dimanche soir. Elle se confie sur ce drame. Cette femme de 52 ans a décidé de briser le silence concernant cette terrible tragédie. «J’ai l’impression de vivre un cauchemar», confie-t-elle. 

Rappelons que l'homme de 58 ans a été violemment agressé par plusieurs individus qui ne voulaient pas porter de masque et qui n'avaient pas de ticket. De la violence gratuite qui a conduit malheureusement Philippe dans un état de mort cérébrale. Un événement que n'arrive pas à comprendre sa femme. «Non, on ne fait pas ça pour un ticket de bus! On ne tue pas gratuitement comme ça!».

Elle a raconté au quotidien qu'elle a pu constater à quel point son mari avait été victime d'une grande violence. «On l'a touché, senti, on lui a parlé. Sa tête était déformée». Le Parisien indique que l'enquête qui est en cours a permis de placer 5 personnes en garde à vue, dont celui qui est soupçonné d'avoir asséné à Philippe le coup le plus violent.

Malheureusement, ça ne ramènera pas son mari à Véronique avec qui elle avait de nombreux projets, souligne Le Parisien. «Philippe allait être à la retraite dans un an et on s'était dit qu'on allait acheter un camping-car, en septembre. On voulait encore profiter. On nous a tout détruits en l'espace de quelques secondes. On nous a détruits oui…».

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: Le Parisien · Crédit Photo: Courtoisie