Nouvelles générales : La punaise velue a fait des ravages sur les pelouses de nombreux Québécois cet été

La punaise velue a fait des ravages sur les pelouses de nombreux Québécois cet été

Tous les détails à l'intérieur.

Publié le par Grands Titres dans Nouvelles générales
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Alors que l'été touche à sa fin, il n'a pas été de tout repos pour tout le monde. De nombreux Québécois se plaignent que la punaise velue a fait des ravages sur leurs pelouses respectives cette année.

C'est Radio-Canada qui rapporte cette nouvelle qui risque de faire le tour de la province. En effet, de nombreux Québécois se plaignent que la punaise velue a fait des ravages sur leurs pelouses respectives cet été. «C’est du jamais-vu. On peut normalement voir 300 à 400 punaises dans une même superficie sur un terrain, et cet été, ça peut aller jusqu’à des milliers pour ce même petit carré de pelouse», explique Line Roberge, copropriétaire de Fertisol Plus.

Comment savoir si votre pelouse a été attaquée par des punaises velues? Radio-Canada indique que s'il y a de la pelouse jaunâtre sur votre terrain, c'est que vous en avez été sans doute victime. Santé Canada indique sur son site web que «la punaise velue se nourrit en suçant la sève du collet et de la tige des graminées du gazon. Elle préfère l'agrostide, mais elle s'attaque aussi à plusieurs autres graminées comme le pâturin et des variétés de fétuques rouges».

Crédit photo: Adobe Stock

Radio-Canada est allée à la rencontre de Alain Denis, un habitant de Québec qui a été victime des punaises velues. Des dégâts dont il se serait bien passé. D'après ses dires, c'est la première fois qu'il doit faire face à une telle situation. «J'ai perdu presque tout mon gazon. Il a fallu que je retourbe complètement. Les autres étés, je n’ai rien eu».

Si les ravages faits cet été par les punaises velues peuvent en surprendre certains, ce n'est pas vraiment le cas de Jean-Paul Daoust, copropriétaire de Floralies Jouvence. «C’est cyclique. Je me souviens il y a quelques années, on en entendait beaucoup parler aussi. Mais c’est vrai que cet été, on se fait poser beaucoup de questions», a-t-il confié à Radio-Canada. 

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: Radio-Canada · Crédit Photo: Espace pour la vie