Nouvelles générales : La sentence de ces deux Québécois en fera rager plusieurs...

La sentence de ces deux Québécois en fera rager plusieurs...

Une sentence « injuste et bonbon »

Publié le par Grands titres dans Nouvelles générales
Partager sur Facebook
50 50 Partages

En Estrie, une famille est privée de sa maison, qui a été cambriolée et incendiée par deux malfaiteurs. 

Les sinistrés dénoncent la sentence « injuste et bonbon » dont les deux accusés ont écopé à la suite de leur méfait. 

«Ça m’enrage tellement, alors que nous, on ­rushe », a déclaré au Journal de Montréal Nancy Giguère, qui était en Floride avec son mari et son fils au moment du drame.

C'est en février dernier que Karl Watson et Julie Simoneau-Audy sont entrés par effractions dans la demeure de Saint-François-Xavier-de-Brompton. Ils y ont volé plusieurs objets, avant de s'enfuir avec le camion de la famille. Peu après, la maison a été la cible d'un grave incendie.

Les deux complices ont plaidé coupables à des accusations de vol, de conduite dangereuse et de voies de fait pour avoir lancé des objets aux policiers qui étaient à leurs trousses. Ils ont toutefois contesté l'accusation d'incendie criminel, que la Couronne a également écartée par manque de preuves. 

Watson a écopé de 10 mois de prison tandis que sa complice a obtenu 18 mois de détention à domicile ainsi que des travaux communautaires. Ce que la famille dénonce, c'est que 10 mois après le crime, leur maison n'est toujours pas en état d'être habitable, en plus d'avoir perdu leur chat dans les flammes.

Partager sur Facebook
50 50 Partages

Source: Journal de Montréal · Crédit Photo: Fotolia