Le Dr Arruda dans l'eau chaude après de nouvelles révélations troublantes

Semaine difficile pour l'ancien directeur national de santé publique...

Grands Titres

Le journal La Presse a révélé qu'une rencontre a eu lieu entre Horacio Arruda et des représentants de la Fonderie Horne de Rouyn-Noranda en septembre 2019.

Selon ce qu'a indiqué le journal La Presse, c'est le 26 septembre 2019 que le Dr Horacio Arruda a pris part à une rencontre avec des représentants de la Fonderie Horne de Rouyn-Noranda, et ce, alors qu'il était sous-ministre adjoint au ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec et directeur national de santé publique.

C'est peu après cette rencontre que le Dr Arruda a décidé qu'une annexe évoquant le lien entre les émissions d’arsenic et les cas de cancer dans la ville soit retirée d'un document qui devait être rendu public.

L'annexe en question affirmait clairement une présence importante d'arsenic dans l'air de la ville en raison des émissions de la Fonderie Horne, tout en précisant qu'il s'agissait là d'un «facteur aggravant favorisant le développement du cancer du poumon».

Toujours selon ce qu'a rapporté La Presse, le Dr Arruda avait demandé que l'annexe soit retirée en avançant que «les données de cancer du poumon seront précisées dans un autre document indépendant et plus complet qui sera publié ultérieurement. »

Le même jour de la rencontre avec les représentants de la Fonderie Horne de Rouyn-Noranda, le Dr Arruda a eu des entretiens avec des représentants de la Ville de Rouyn-Noranda, du comité Arrêt des rejets et émissions toxiques de Rouyn-Noranda (ARET), qui regroupe des parents et des résidants du quartier Notre-Dame, voisin de la fonderie, ainsi que du ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques.

Dans le compte-rendu de la rencontre qui a eu lieu en septembre 2019, on peut y lire qu'une personne qui participait à la rencontre a demandé au Dr Arruda: «Pourquoi il n’y a-t-il pas de cible santé et sécuritaire proposée par la DSPu ? »

Celui qui deviendrait plus tard le directeur national de la santé publique avait répondu: «Il est plus important de mettre l’emphase sur des actions concrètes immédiates que de se déchirer entre nous à propos d’une cible à atteindre, pour laquelle l’entreprise a déjà dit qu’elle n’était pas en mesure de l’atteindre. » Le Dr Arruda avait ensuite ajouté qu'il était possible de viser une « cible intermédiaire ».

Devant de telles révélations, la députée de Rouyn-Noranda–Témiscamingue, Émilise Lessard-Therrien, a exigé à la Direction générale de santé publique d’expliquer la décision du Dr Arruda de retirer l’annexe portant sur les cancers du rapport rendu public en 2019: «Y a-t-il d’autres données qu’on tente de cacher aux gens de ma région ? Les gens de ma région n’oublieront pas le 3 octobre prochain que la CAQ a manœuvré pour leur cacher des informations sur la qualité de l’air qu’on respire. »

Enfin, Nicole Desgagnés, qui est responsable du comité ARET, qui avait assisté à la rencontre du 26 septembre 2019, a déclaré: «Nous trouvions important de faire connaître cette annexe. C’est vraiment troublant et inquiétant. »