Nouvelles générales : Le gouvernement du Nouveau-Brunswick ne désire pas rouvrir ses frontières cet été

Le gouvernement du Nouveau-Brunswick ne désire pas rouvrir ses frontières cet été

Tous les détails à l'intérieur.

Publié le par Grands Titres dans Nouvelles générales
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Alors que le Nouveau-Brunswick est l'une des provinces canadiennes les moins touchées par la crise sanitaire, son gouvernement a annoncé qu'il ne souhaitait pas rouvrir ses frontières cet été.

C'est Radio-Canada qui rapporte cette nouvelle qui risque de susciter de nombreuses réactions. En effet, le gouvernement du Nouveau-Brunswick a annoncé ce mardi qu'il ne voulait pas rouvrir ses frontières cet été avec le Québec et la Nouvelle-Écosse. Ainsi, les résidents des autres provinces qui ont une résidence secondaire au Nouveau-Brunswick ne pourront pas s'y rendre. «On a besoin de rouvrir notre économie, mais les choses comme les vacances, on a besoin de prendre une pause, pour le bien-être de tout le monde», a déclaré Dominic Cardy, le ministre de l'Éducation et du Développement de la petite enfance.

Si l'ouverture des frontières avec l'Île-du-Prince-Édouard n'a pas été abordée, les frontières avec les États-Unis ont été évoquées, indique Radio-Canada. La chaîne de télévision précise que la question de leurs réouvertures sera tranchée par le gouvernement fédéral. Dans cette optique, Dominic Cardy explique avoir confiance en Justin Trudeau pour prendre les décisions adéquates. «Quand le premier ministre dit que c'est quelque chose qu'on a besoin de faire soigneusement, prendre notre temps, je suis complètement en accord, et c'est une approche qu'on prend ici aussi».

Crédit photo: Page Facebook New Brunswick / Nouveau-Brunswick

Si cette décision du gouvernement du Nouveau-Brunswick peut paraître extrême aux yeux de certains observateurs. Dominic Cardy estime qu'il s'agit d'une décision temporaire et que bien évidemment les frontières de la province ne resteront pas éternellement fermées. «Moi, je suis globaliste. Je veux voir une planète ouverte. Mais dans ce cas-ci, la pire chose qu'on peut faire, c'est de prétendre qu'il n'y a rien qui va mal et de juste continuer comme d'habitude».

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: Radio-Canada · Crédit Photo: Facebook