Nouvelles générales : Le père de Cédrika Provencher se confie

Le père de Cédrika Provencher se confie

Une entrevue qui donne les larmes aux yeux

Publié le par Grands titres dans Nouvelles générales
Partager sur Facebook
585 585 Partages

Presque dix ans après la disparition de la petite Cédrika Provencher, son père, Martin Provencher s'ennuie toujours énormément d'elle.

Dans une entrevue au Journal de Montréal, le père de famille éploré a affirmé que son souhait le plus cher était que le meurtrier de sa fille soit enfin arrêté. 

« S’ils arrêtent quelqu’un, et qu’il y a procès, on n’aura pas le choix [de savoir]. À ce moment-là, est-ce que je vais décider d’y être et de tout entendre ? Je ne le sais même pas encore », a-t-il confié.

Martin Provencher a fait part au Journal de Montréal du cauchemar qu'il vit depuis une décennie. Le 31 juillet 2007, sa petite Cédrika Provencher n'était jamais rentrée chez elle. 

Les deux dernières années ont d'ailleurs été particulièrement éprouvantes. Les ossements de Cédrika avaient été trouvés dans un boisé de Saint-Maurice en décembre 2015. Les funérailles de la fillette avaient enfin pu être célébrés et le principal suspect, Jonathan Bettez a enfin été arrêté, mais en lien avec une autre affaire. Aucune accusation en lien avec le meurtre de Cédrika n'a encore été déposée. 

« Une fois, je me promenais en moto dans ce coin-là. J’ai été obligé d’arrêter, je n’étais plus capable de conduire. Juste de me dire qu’il y a quelqu’un qui l’a prise et laissée là, la rage te pogne, et c’est ça qu’il faut éviter », a expliqué M. Provencher à propos du lieu où la dépouille de sa fille a été découverte. 

« Quand tu cherches pendant huit ans, tes émotions, tu les mets de côté, parce qu’on n’aurait pas été capable de faire ce qu’on a fait là. Mais tu as beau avoir une pelure d’oignon bien épaisse, dès que tu enlèves la première couche, tu as juste le goût de pleurer », a-t-il poursuivi au Journal de Montréal en confiant espérer que le meurtrier de sa fille soit enfin arrêté et accusé. 

Cliquez ici pour lire l'entrevue complète.

Partager sur Facebook
585 585 Partages

Source: Journal de Montréal · Crédit Photo: Capture d'écran - Facebook