Nouvelles générales : Le propriétaire d’une résidence pour ainés arrêté pour agression sexuelle

Le propriétaire d’une résidence pour ainés arrêté pour agression sexuelle

Tous les détails à l'intérieur.

Publié le par Grands Titres dans Nouvelles générales
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Alors que les résidences pour ainés occupent une place importante dans l'actualité du moment, un propriétaire d’une résidence pour ainés de l'Outaouais a été arrêté pour agression sexuelle ce mercredi matin.

C'est TVA Nouvelles qui rapporte cette information qui est en train de faire le tour de la province. En effet, Naji Kamar, le propriétaire du Manoir Sainte-Marie, une résidence pour ainés de Gatineau, a été arrêté pour agression sexuelle sur une de ses résidentes. Il est notamment suspecté d'avoir réalisé des attouchements sexuels sur cette personne entre mars 2019 et janvier 2020. 

La police de Gatineau a annoncé la nouvelle notamment sur sa page Facebook. «Ce matin, nous avons procédé à l'arrestation de M. Naji Kamar, 62 ans, de Gatineau, en lien avec un dossier d'agression sexuelle survenu dans une résidence pour personnes âgées du secteur de Gatineau. M. Kamar, le propriétaire de la résidence Manoir Sainte-Marie où aurait eu lieu l'agression, aurait fait des attouchements à la victime sur une période allant de mars 2019 à janvier 2020».

Dans sa publication, la police de Gatineau souligne que Naji Kamar aurait pu faire d'autres victimes et cherche à savoir si c'est bien le cas. «Nous avons des raisons de craindre qu'il y ait d'autres victimes et souhaitons leur tendre la main. Nous invitons celles-ci à contacter nos enquêteurs». Les personnes concernées peuvent les joindre au 819 243-INFO (4636), option 5.

Dans le communiqué de presse de la police de Gatineau, l'agente Andrée East a tenu à encourager les autres potentielles victimes à se manifester. «Nous invitons les personnes qui auraient pu être victimes de M. Kamar, ou de toute autre personne, à porter plainte ou à demander de l'aide à des organismes spécialisés. En matière d'agression sexuelle, de maltraitance ou d'abus, la dénonciation est souvent difficile pour les victimes qui se sentent coupables et honteuses».

Si par la suite, Naji Kamar a été remis en liberté sous conditions, il lui est formellement interdit d'entrer en contact avec la victime présumée.

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: TVA Nouvelles · Crédit Photo: Courtoisie police de Gatineau