Nouvelles générales : Le Québec est la province où on a remis le plus d'amendes pour non-respect de la distanciation sociale au Canada.

Le Québec est la province où on a remis le plus d'amendes pour non-respect de la distanciation sociale au Canada.

Tous les détails à l'intérieur...

Publié le par Grands Titres dans Nouvelles générales

Une étude publiée mercredi par l'Association canadienne des libertés civiles (ACLC) a révélé que le Québec était la province où on avait remis le plus d'amendes pour non-respect de la distanciation sociale au Canada.

Du 1er avril au 15 juin 2020, ce sont donc plus de 10 000 constats d'infraction totalisant 13 millions $ en amendes qui ont été remis au pays. 

Le Québec se distingue malheureusement des autres provinces, car voilà que la Belle Province totalise 77% des amendes qui ont été décernées pour non-respect de la distanciation sociale, soit  6600 constats d'infraction.

De plus, étant donné que les amendes pour ce type d'infraction sont de 1500 $ au Québec, c'est sans grande surprise la province où on aurait collecté la somme la plus importante en matière de contraventions.

L'Ontario, où les contraventions pour non-respect de la distanciation sociale sont de 880 $, arrive donc au second rang avec 2853 constats totalisant 18 % du montant collecté, suivi par la Nouvelle-Écosse (555 constats, 3 % du montant).

Selon ce qu'a avancé l'ACLC, de nombreux témoignages de citoyens laissent croire que plusieurs contraventions auraient été remises  alors qu'elles n'avaient pas lieu d'être.

À titre d'exemple, plusieurs preuves démontrent qu'au Québec, des itinérants auraient été visés par ces constats d'infraction, ce que dénoncent plusieurs organismes.

Un autre point dérange beaucoup et il concerne la problématique du profilage racial. En effet, comme l'a indiqué l'ACLC, plusieurs témoignages laissent entendre que les policiers ont visé particulièrement des personnes se décrivant comme étant racisées: "Plusieurs personnes ayant contacté l'ACLC, et qui se décrivent comme racisées, ont senti qu'elles ont été ciblées par la police en raison de leur race."

L'organisme a profité de son étude afin de conseiller au gouvernement de résister à la tentation de "donner carte-blanche" aux forces policières. Enfin, l'ACLC a déclaré: "Recourir à la police pour se sortir de cette pandémie manque d'imagination, est inefficace et est parfois inconstitutionnel."

Source: TVA Nouvelles · Crédit Photo: Capture d'écran