Nouvelles générales : Les agressions d'un pédophile québécois sur une fillette se rendent jusqu'en Australie.

Les agressions d'un pédophile québécois sur une fillette se rendent jusqu'en Australie.

Tous les détails à l'intérieur...

Publié le par Grands Titres dans Nouvelles générales

La police a découvert que les vidéos produites par un pédophile québécois montrant des agressions sur une fillette se sont rendues jusqu'en Australie.

Le pédophile de 39 ans qui sévissait dans la région de Québec, Merlin Bérubé-Pelletier, a plaidé coupable d'accusations de contacts sexuels sur une fillette la semaine dernière.

C'est en fouillant l'ordinateur personnel de Bérubé-Pelletier que les policiers ont découvert qu'en plus de collectionner de la pornographie juvénile, il en produisait et allait même jusqu'à en distribuer.

C'est un voisin de camp de Bérubé-Pelletier qui avait dénoncé ce dernier en 2010. Le voisin avait voulu emprunter un DVD au pédophile, mais le disque en question contenait des images des images troublantes. Le voisin en avait alors informé la Sûreté du Québec (SQ) du poste de Val-d'Or, qui avait aussitôt ouvert une enquête au sujet de Bérubé-Pelletier.

La police a révélé que 246 fichiers montrant la jeune victime nue, dont cinq vidéos, avaient été identifiés lors de l'enquête. 

Selon ce qu'a indiqué la SQ, Bérubé-Pelletier serait passé aux aveux lors de son interrogatoire, en admettant qu'il avait besoin d'aide et qu'il souffrait d'une dépendance aux images pornographiques.

Par la suite, la Sûreté du Québec avait communiqué avec Interpol afin de vérifier si les documents produits par Bérubé-Pelletier avaient circulé et un policier de la Roumanie, ainsi qu'un agent de l'Australie, ont confirmé que c'était bel et bien le cas.

Les autorités détermineront la peine au cours des semaines à venir, mais tout indique que Bérubé-Pelletier sera condamné à plusieurs années derrière les barreaux.

Rappelons enfin qu'en raison des dénonciations qui avaient été effectuées à la suite de l'incident impliquant un voisin à Val-d'Or, Bérubé-Pelletier avait déjà été condamné à 10 mois de prison. Le processus judiciaire concernant cette affaire s'était éternisé, étant donné que son avocat contestait la validité des mandats de perquisition. Ce n'est qu'en mai dernier que la Cour d'appel a confirmé que les perquisitions étaient légales.

Source: ICI Radio-Canada · Crédit Photo: Courtoisie SQ