Nouvelles générales : Les «cigales-zombie» sont de retour aux États-Unis

Les «cigales-zombie» sont de retour aux États-Unis

Tous les détails à l'intérieur.

Publié le par Grands Titres dans Nouvelles générales

Les «cigales-zombie» ont fait leur retour aux États-Unis dans l'État de la Virginie. Un événement qui va permettre aux scientifiques d'approfondir leurs recherches sur cette espèce étonnante.

C'est TVA Nouvelle qui rapporte cette information qui va intéresser tous les amateurs d'insectes. En effet, les «cigales-zombie» ont fait leur retour aux États-Unis dans l'État de la Virginie. La chaîne explique que ces insectes sont malades. Ils ont été contaminés par un Massospora, un champignon qui se loge dans leur cavité abdominale qui va jusqu'à leur cerveau. Cela a notamment pour conséquence chez les mâles de vouloir se reproduire avec tout ce qui croise leur chemin malgré que leurs organes génitaux et leur abdomen ont été décomposés par le champignon.

Pourquoi les appelle-t-on «cigales-zombie»? TVA Nouvelles explique que le champignon aurait contrôlé leur cerveau et les fait agir de manière surprenante. Elles vont même jusqu'à aller à l’encontre de leur instinct de survie au profit de la survie du champignon. La chaîne de télévision précise que selon une nouvelle étude du PLOS Pathogens, le champignon ferait adopter à ces «cigales-zombie» un comportement manipulateur. Il leur ferait agiter les ailles comme le font les femelles lorsqu'elles veulent attirer les mâles pour copuler, ce qui aurait pour conséquences d'attirer d'autres cigales pour les contaminer avec le champignon.

Crédit photo: West Virginia University

«Essentiellement, les cigales leurrent les autres pour qu’elles soient infectées à leur tour puisque celles en santé veulent se reproduire», indique Brian Lovett, coauteur de l’étude. «Le composé bioactif pourrait manipuler l’insecte pour qu’il reste en vie et continue de transmettre l’agent pathogène plus longtemps». Heureusement, TVA Nouvelles souligne que ces «cigales-zombie» ne sont pas dangereuses pour l'être humain.

Crédit photo: West Virginia University

Source: TVA Nouvelles · Crédit Photo: West Virginia University