Nouvelles générales : Les ours polaires pourraient complètement disparaître d'ici 2100

Les ours polaires pourraient complètement disparaître d'ici 2100

Tous les détails à l'intérieur.

Publié le par Grands Titres dans Nouvelles générales
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Une étude publiée dans une revue scientifique ce lundi estime que si rien n'est fait pour protéger l'environnement, le réchauffement climatique pourrait provoquer l'extinction des ours polaires en 2100.

C'est TVA Nouvelles qui rapporte cette bien triste information qui est en train de faire le tour du web. En effet, une étude publiée dans Nature Climate Change suscite de nombreuses réactions. On y apprend notamment que si rien n'est fait pour protéger l'environnement, le réchauffement climatique, dû notamment aux fortes émissions de gaz à effet de serre, pourrait provoquer l'extinction des ours polaires en 2100. La chaîne de télévision précise que c'est la disparition graduelle de leur lieu de vie, la banquise, qui pourrait mettre un terme à leur existence.

TVA Nouvelles souligne que les ours polaires sont connus pour pouvoir jeuner pendant des mois durant l'été. Toutefois, le réchauffement climatique est deux fois plus rapide en Arctique et l'absence prolongée de glace pourrait avoir de sérieuses conséquences sur leur alimentation. Ils pourraient notamment mourir de faim faute de trouver des phoques pendant une trop longue période.

Crédit photo: Adobe Stock

Une situation encore plus délicate pour les femelles, précise TVA Nouvelles. «Elles doivent alors attraper assez de phoques pour stocker suffisamment de gras et produire suffisamment de lait pour nourrir leurs petits pendant tout le jeûne de l'été», explique Steven Amstrup, un des auteurs de l'étude et scientifique pour l'ONG Polar Bears International.

TVA Nouvelles rappelle que la planète compte environ 25 000 ours polaires répartis en 19 sous-populations distinctes qui ne seront pas touchés par ce phénomène à la même cadence. Toutefois, les chercheurs estiment que si les émissions de gaz à effet de serre ne diminuent pas, «la chute de la reproduction et de la survie va mettre en danger la persistance de presque toutes les sous-populations d'ici 2100», concluent les chercheurs. 

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: TVA Nouvelles · Crédit Photo: Adobe Stock