Nouvelles générales : Les salons de coiffure préparent leur grand retour pour le déconfinement.

Les salons de coiffure préparent leur grand retour pour le déconfinement.

Tous les détails à l'intérieur...

Publié le par Grands Titres dans Nouvelles générales
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Alors que le gouvernement provincial a commencé à parler d'un éventuel déconfinement progressif, de nombreuses entreprises qui avaient dû fermer leurs portes commencent maintenant à élaborer des stratégies afin de reprendre service et parmi celles-ci, les salons de coiffure auront de nombreux défis à relever, notamment en raison des mesures de distanciation sociales.

À cet effet, le directeur général de l'Allied Beauty Association (ABA) du Canada, Alain Audet, a expliqué à ICI Radio-Canada: "Notre but n'est pas de retourner le plus rapidement possible, le but c'est de retourner de la façon la plus sécuritaire possible. Est-ce que ça va vouloir dire des visières, des masques, des gants et des robes? On regarde. On ne sait pas ce que le gouvernement va nous imposer."

Des entreprises comme le Salon La Chop dans le quartier Saint-Sauveur à Québec, ont participé à cette consultation. La propriétaire du Salon La Chop, Sygie Gagné, a expliqué qu'il fallait être proactif et ne pas attendre des ordres du gouvernement pour commencer à y penser: "S’ils connaissent notre réalité, ils vont pouvoir mettre des mesures qui auront du sens. Par contre, si on laisse les mesures venir d'en haut, elles ne seront peut-être pas applicables."

Crédit photo: iStock

Pour sa part, la propriétaire du Salon Parikart de Lévis, Hélène Paré, semble d'accord avec cette idée, mais elle appelle aussi à la prudence: "On peut faire certaines choses, mais à quel point on va éliminer la contamination? À quel point ça va être prudent et à quel point, au niveau de la rentabilité de l'entreprise, ça va être possible."

Crédit photo: iStock

Pour le moment, les salons de coiffure tentent de survivre en offrant des services en ligne, mais comme l'a expliqué Sygie Gagné, le retour à la normale sera certainement la meilleure solution: "Pour l’instant, ça fait juste nous maintenir. Je me dis que si ça paye un mois de loyer ou une dépense, tant mieux, mais ce n'est pas significatif versus ce qu'on faisait. [...] Je ne sais pas si toute l'énergie qu'on mettrait là-dedans en vaut la peine. Si la réouverture se passe le 4 mai, je me dis que je n’ai pas besoin de ça, mais si ça se repousse, il faudra le considérer."

En attendant la grande réouverture, voici quelques conseils pour se coiffer chez soi: 

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: ICI Radio-Canada · Crédit Photo: Capture d'écran