Nouvelles générales : Les services de garde se préparent à une réouverture

Les services de garde se préparent à une réouverture

Tous les détails à l'intérieur.

Publié le par Grands Titres dans Nouvelles générales
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Plus de 2 000 services de garde ont rouvert leurs portes pour accueillir les enfants des travailleurs de la santé depuis un mois. Ils ont adapté leurs procédures et leurs locaux et Québec songe maintenant à leur permettre d'augmenter leur capacité pour une réouverture graduelle des services de garde. 

« L’élargissement progressif de l’accès aux services de garde est présentement analysé », a déclaré Bryan Saint-Louis, porte-parole du ministère de la Famille, à Radio-Canada. « Par contre, on ne peut dire pour le moment quand cela sera effectif. Le tout dépend entre autres des directives de la santé publique. Il faut être certain que la santé et la sécurité des enfants, autant que des membres du personnel en milieu de garde, seront privilégiées. »

Les services de garde ont déjà un plan pour cette réouverture, a expliqué la directrice de l’Association québécoise des centres de la petite enfance (AQCPE), Geneviève Bélisle, à Radio-Canada.

Des idées sont déjà testées dans les service de garde d'urgence et pourront être déployées à plus grande échelle. Concrètement, les service de garde commenceraient à fonctionner à 30 % de leur capacité. Puis cela pourrait grimper à 40 % après deux semaines puis à 50 % après deux semaines supplémentaires et ainsi de suite. Cela permettrait de s'ajuster si l'on constatait une augmentation soudaine du nombre de nouveaux cas confirmés. 

« L’objectif, c’est de maintenir des ratios très bas. Par exemple, dans un groupe habituellement de huit enfants, il n’y en aurait que quatre maximum », a expliqué Geneviève Bélisle à Radio-Canada. 

Voici des exemples de mesures qui pourraient être mises en place :

- Il n'y aurait aucun rassemblement massif, les groupes resteraient séparés, même à l'heure des repas. 

- Les jouets seraient sélectionnés pour les groupes et désinfectés tout de suite après leur utilisation. 

- Les parents pourraient avoir des heures précises pour aller chercher leurs enfants et devoir attendre à l'extérieur. 

- Un registre « confidentiel » de l'historique sanitaire des enfants et des familles pourrait aussi être mis en place pour que les services de garde sachent s'ils ont déjà contracté la COVID-19. 

Mais tout n'est pas si simple. 

Pour Samir Alahmad de l’Association des garderies privées du Québec, ce retour progressif est prématuré. 

« C’est sûr que ça doit être graduel, mais nous, on n’est pas prêts », a-t-il déclaré à Radio-Canada. « Il y a de l’inquiétude dans notre réseau. C’est impossible d’avoir une certaine discipline avec des enfants de moins de 4 ans. Si on n’a pas la certitude que le nombre de cas diminue, c’est prématuré. »

Il pourrait aussi y avoir un manque de personne en raison des inquiétudes de plusieurs éducatrices. 

« Il y a des éducatrices qui sont très inquiètes. Il y en a qui sont vulnérables, qui ont des maladies chroniques, elles sont à risque », a expliqué Louise Labrie, représentante des CPE à la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN). « On va avoir un grand enjeu de personnel. On était déjà dans un réseau étouffé, avec des travailleuses qui se faisaient refuser des congés, car il n'y a pas assez de monde pour les remplacer. »

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: Radio-Canada · Crédit Photo: Adobe Stock