Nouvelles générales : Les témoins du terrible accident qui a couté la vie à 4 enfants sur la RN2 brisent le silence

Les témoins du terrible accident qui a couté la vie à 4 enfants sur la RN2 brisent le silence

Tous les détails à l'intérieur.

Publié le par Grands Titres dans Nouvelles générales
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Alors que ce mardi un accident sur la RN2 a coûté la vie à 4 enfants âgés de 9 à 13 ans, des témoins de la scène racontent ce qu'ils ont vu ce jour-là. Des témoignages poignants.

C'est Le Parisien qui rapporte cette nouvelle qui est en train de générer de nombreuses réactions. En effet, les témoins du terrible accident sur la RN2 ont décidé de briser le silence. Ce drame qui s'est déroulé près de la ville de Laon dans l'Aisne est loin d'être un cas isolé pour Béatrice. «On ne compte plus les accidents sur cette portion, il est temps de faire quelque chose », déplore-t-elle. Cette dernière est allée rendre hommage aux victimes au bord de la voie, relate le quotidien.

Le Parisien s'est également entretenu avec Aurélien qui était sur place ce mardi autour de 15h05 lorsque le véhicule a pris feu après avoir été percuté par un camion et une fourgonnette. C'est grâce à lui si la conductrice a pu être sauvée. «Sa portière était complètement enfoncée. Avec un autre homme, j'ai essayé de casser le pare-brise et nous avons réussi à l'extraire. Je lui ai pris le bras gauche et nous l'avons sortie, les flammes commençaient à être sur elle», se rappelle-t-il pour le quotidien.

Le Parisien est également allé à la rencontre des deux frères Boukateh, Youssef et Salah, qui étaient en bas de chez eux lorsqu'ils ont vu au loin une «boule de feu» et qui ont décidé d'aller voir ce qu'il se passait de leurs propres yeux. Ils ont eux aussi apporté leur aide. «On a tiré la dame pour l'éloigner un peu, on avait peur que ça explose. Elle était très brûlée sur tout un côté, mais elle ne voulait pas qu'on s'occupe d'elle. Elle criait qu'il fallait sauver les enfants, le reste ne comptait pas», explique Salah.

Parmi les 4 victimes, l'une d'entre elles n'est pas morte sur le coup, souligne Le Parisien. «Il hurlait, il pleurait. Nous étions plusieurs à essayer d'ouvrir les portières, elles étaient bloquées. On a essayé de les faire plier par le haut… À mains nues, c'était déjà difficile, mais l'incendie était très violent, et avec les flammes qui grandissaient c'est devenu impossible», explique Aurélien.

Le Parisien précise que les témoins sur place ont tout tenté pour le sauver. «Un monsieur a même essayé avec une pelle, mais on ne pouvait plus approcher tellement la chaleur était forte. On a aspergé la voiture avec des extincteurs que d'autres automobilistes avaient amenés, mais c'était trop tard», raconte Youssef. «Quand je revois le garçon à l'avant avec sa petite tête et sa main qui pendaient dans le vide, j'ai envie de pleurer. Ils ont brûlé sous nos yeux et on n'a rien pu faire», se remémore Salah.

Le Parisien indique que le chauffeur du camion, un homme de 57 ans, a admis qu'il avait fait preuve d'un manque d'attention au moment du choc. Il a expliqué aux forces de l'ordre qu'il essayait de ramasser un objet qui était tombé dans son véhicule. «En se relevant, il a constaté que la portion était réduite à une voie, au lieu de deux, et qu'il allait heurter la fourgonnette devant lui. Il a fait une embardée pour l'éviter, mais a percuté la voiture qui venait en face», raconte Yves Buffet, adjoint au maire de Laon chargé de l'urbanisme. L'enquête se poursuit, précise le quotidien.

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: Le Parisien · Crédit Photo: Adobe Stock